Planète

Sept conseils consultatifs du pays ont rédigé un avis commun sur le projet de Plan national intégré Energie-Climat (PNEC). "Il n'est pas encore question d'un plan véritablement consolidé", y tancent les organisations, qui représentent la société civile (patronat et syndicats, ONG, chercheurs académiques, ...). Le PNEC, concocté par le fédéral et les trois Régions à la demande de l'Union européenne, compile les plans régionaux et de l'Etat fédéral dans le domaine de la politique énergétique et climatique pour la période 2021-2030.

Un projet a été remis à la Commission européenne le 31 décembre 2018. Le document définitif doit encore être finalisé d'ici à la fin 2019.

Alors qu'une consultation publique est en cours, sept conseils consultatifs (le Conseil fédéral du développement durable, le Conseil central de l'Economie, ainsi que les conseils socio-économiques et environnementaux de Wallonie, de Flandre et de la Région bruxelloise) ont remis un avis unanime très critique.

"Les objectifs et les mesures des différents niveaux de pouvoir reflètent souvent trop peu une vision systémique intégrée et ne sont pas suffisamment coordonnés entre eux", regrettent les organisations. "Dans le cadre institutionnel actuel, il est possible de faire beaucoup mieux. Dans sa forme actuelle, le projet de PNEC reflète ces manquements structurels et n'incite pas suffisamment à y remédier."

Les conseils demandent aux entités du pays de mettre en place un cadre de collaboration concret entre elles, et d'indiquer clairement qu'elles "optent pour un processus structurel de développement durable (dans un cadre européen et mondial) qui s'appuie sur l'évolution des connaissances scientifiques".

Les gouvernements devraient chercher en premier lieu les "accélérateurs" capables de stimuler la transition et de produire des effets multiplicateurs, recommandent-ils plus particulièrement. Avant d'ajouter que "la structure institutionnelle de notre pays ne peut plus être utilisée pour justifier de différer une politique urgente".

Il faudrait aussi "mettre en place un programme de recherche clair, coordonné et concerté", plaident les sept conseils. Pour respecter ses objectifs climatiques et énergétiques, la Belgique doit pouvoir se référer à de larges études d'impact et des recherches poussées sur les innovations pertinentes, en travaillant "autant que possible de manière intégrée entre les niveaux politiques".

L'ensemble de l'avis est publié sur le site du Conseil fédéral du développement durable: www.frdo-cfdd.be.