Planète

Ce 15 mars a été décrété journée de grève mondiale pour le climat et les Belges prendront leur part dans cette mobilisation lancée par la jeune activiste suédoise Greta Thunberg (lire ci-contre). Des actions sont annoncées dans plus de cent pays. En Belgique, au moins 27 villes accueilleront des événements, selon les mouvements citoyens Youth for Climate, Students for Climate, Workers for Climate, Teachers for Climate et Rise for Climate. La Coalition climat (des organisations regroupées pour réclamer la justice climatique) estime prudemment que 15 000 à 20 000 personnes devraient y participer. Vu le nombre d’actions annoncées, et celles de moindre ampleur qui auront lieu dans les écoles, on peut cependant s’attendre à ce que ce nombre soit dépassé.

Les syndicats de la partie

Habitués à défiler le jeudi ces dernières semaines, les jeunes de Youth for Climate seront rejoints ce vendredi par des étudiants, des enseignants, des travailleurs, des scientifiques, des grands-parents…

Les organisations syndicales apportent également leur soutien au mouvement. Sous la bannière Workers for climate, elles formulent cinq revendications, dont un plan climat ambitieux, une loi climat garantissant une transition écologique et sociale ou encore un seul ministre fédéral en charge du Climat, de l’Énergie et de la Mobilité.

La CSC n’a pas déposé de préavis général de grève mais ses affiliés qui souhaiteraient rejoindre le mouvement seront couverts par une indemnité. La FGTB annonce "un soutien massif" à la grève. Son président, Robert Vertenueil, sera lui-même en grève. Plusieurs centrales du syndicat socialiste ont déposé un préavis de grève effectif. Le syndicat libéral CGSLB, lui, n’en a pas déposé mais il soutient l’action, en insistant pour que les mesures prises pour le climat soient "sociales et justes".

Impératif moral pour les scientifiques

La communauté scientifique se mobilise également. Trois cents chercheurs belges, français et suisses ont appelé à la grève pour le climat. "C’est devenu, pour ceux qui possèdent une parcelle de savoir, un impératif moral et politique d’accompagner et d’encourager cette mobilisation de la jeunesse", ont-ils indiqué dans une tribune.

Aux quatre coins du pays

Des actions, essentiellement des marches, sont prévues dans 26 villes flamandes (Anvers, Bruges, Gand…) et wallonnes (Arlon, Esneux, Liège, Louvain-la-Neuve, Marche-en-Famenne, Mons, Namur, Philippeville et Tournai). À Bruxelles, une marche démarrera à 13 h 30 à la gare du Nord pour se terminer à 16 h à la gare du Midi. La circulation dans le centre-ville s’en trouvera perturbée.