Planète

Un peu moins de deux mois après le passage du cyclone Pam, qui a ravagé l’archipel de Vanuatu, ce petit Etat du Pacifique tente vaille que vaille de se reconstruire et de rétablir des conditions de vie décentes pour sa population. Coordinatrice des opérations humanitaires du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) dans cette région du monde, Osnat Lubrani fait le point sur la situation et sur les défis auxquels font face ces Etats insulaires face à la menace que constituent les changements climatiques.

Quelle est la situation humanitaire à Vanuatu ?

Il y a toujours des besoins humanitaires qui vont persister pendant encore au moins trois mois. Le gouvernement vient d’ailleurs de publier une réévaluation des équipements nécessaires, compte tenu de l’évolution de la situation sur le terrain. Ils manquent toujours d’abris, il y a des écoles qui ne fonctionnent pas encore, etc. En ce qui concerne l’aide alimentaire, les besoins devraient se résorber peu à peu parce que les activités agricoles commencent à redémarrer. Mais cela nécessitera encore quelques mois.

Le Pnud aide notamment la population en fournissant des emplois temporaires pour effectuer des travaux de nettoyage ou de reconstruction. Beaucoup a été fait depuis le cyclone, mais lors de mes visites sur le terrain, j’ai pu constater que la situation restait très compliquée dans les îles plus reculées. Il y a de grosses difficultés pour accéder à l’intérieur des terres et distribuer l’aide.

(...)