Planète

L'agence américaine de gestion des crises (FEMA) a lancé samedi une section "vérification des rumeurs" sur son site internet pour débusquer les fausses informations qui sont diffusées sur les réseaux sociaux après le passage de la méga-tempête Sandy aux Etats-Unis. Les Américains se sont massivement tournés vers Facebook et Twitter pour se renseigner sur les conséquences de l'arrivée de Sandy et raconter comment ils avaient vécu le passage dévastateur de l'ouragan. Mais la tempête a aussi entraîné la diffusion de nombreuses fausses informations sur internet.

"Fema.gov/sandy est maintenant doté d'une section vérification des rumeurs", a annoncé l'agence sur son compte Twitter.

L'agence a déjà débusqué deux fausses informations largement diffusées via des tweets. L'un fait état de tickets alimentaires d'une valeur de 300 dollars offerts aux victimes de pannes de courant. "C'est faux", a déclaré la FEMA sur son site. L'autre information, tout aussi fausse, annonçait que l'agence embauchait des gens pour nettoyer les rues à New York et dans le New Jersey.

Samedi, Charley Shimanski, un des dirigeants de la Croix-Rouge américaine, a déclaré à la presse que les médias sociaux étaient très utiles pour leurs opérations de secours à l'issue du passage de Sandy: "C'est vraiment une ressource nouvelle et formidable pour notre action à la suite de cet immense désastre", a-t-il dit à la presse.

"Les gens peuvent se faire entendre plus vite qu'avec les moyens classiques que nous avions avant", a-t-il ajouté.

Le réseau social Twitter a été plébiscité pendant Sandy: quelque 20 millions de messages en lien avec la méga-tempête ont été écrits et envoyés en moins d'une semaine, a indiqué le groupe vendredi.

Certains de ces tweets étaient volontairement trompeurs. Un homme qui s'était ainsi rendu célèbre en twittant de fausses informations sur les dégâts causés par Sandy a été poussé à démissionner des fonctions politiques locales qu'il occupait suite au scandale qu'il avait suscité.