Planète

En tenant compte d'une utilisation en Europe, il ne faut "plus" que 98.343 km pour que la Tesla rattrape un véhicule essence comparable du point de vue des émissions de CO2.

La semaine dernière, Damien Ernst a suscité la polémique et récolté des attaques féroces de la part d’utilisateurs de voitures électriques Tesla. En cause ? Dans un reportage sur les véhicules électriques diffusé par la RTBF, le médiatique professeur de l’ULiège avait calculé qu’une Tesla devait parcourir plus 600 000 km pour devenir plus écologique qu’une voiture à essence comparable.

La conclusion du professeur était limpide : rouler avec une Tesla (ou avec n’importe quel véhicule électrique qui embarque une grosse batterie) n’est pas si écologique que cela. De quoi déchaîner les passions sur les réseaux sociaux. Suite à la remise en cause de certaines de ses hypothèses, Damien Ernst a refait ses calculs. Voici les modifications prises en compte.

(...)