Politique belge

En présentant les voeux du cdH brabançon wallon à ses sympathisant et militants, vendredi à Walhain, les Humanistes ont évoqué différentes mesures à prendre en matière de bien-être, de santé et d'environnement. En détaillant celles-ci devant la presse, le président du parlement wallon André Antoine s'est dit partisan de l'instauration d'une semaine de travail de quatre jours, qui aurait notamment pour avantage de dégager plus de temps pour les familles et de désengorger les grands axes routiers. Il ne s'agit toutefois pas de diminuer le temps de travail, mais de le concentrer davantage. "Certains demandent des semaines de travail de 32 heures: je considère que ce n'est pas sérieux parce qu'on touche à la performance des entreprises. Mais il existe d'autres méthodes, des mesures qui n'altèrent pas la performance économique", a indiqué le président du parlement wallon.

Parmi celles-ci, le recours accru au télétravail que prônent les Humanistes, mais aussi une semaine de quatre jours durant laquelle les 36, 37 ou 38 heures prestées par les salariés selon les secteurs seraient davantage concentrées, comme cela se pratique parfois aux Pays-Bas. Pour les Humanistes, cela permettrait aux travailleurs de ne pas prester le vendredi ou le lundi pour bénéficier de week-ends prolongés, ou encore aux parents de ne pas aller travailler le mercredi. Autre avantage du système selon le cdH Brabant wallon, le moindre engorgement de certains axes routiers aux heures de pointe, le nombre de travailleurs empruntant ces routes étant diminué.