Politique belge

Le chef de groupe PS Ahmed Laaouej a écrit au président de la Chambre Siegfried Bracke afin qu'il réunisse au plus vite les comités P et R, de surveillance des services de sécurité. Il souhaite que le parlement puisse avoir avec eux, et les ministres de la Justice et de l'Intérieur, un échange sur l'état de la menace de l'extrême droite en Belgique au lendemain d'attentats perpétrés par un extrémiste de droite dans deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. "Des rapports précédents ont fait état d'une recrudescence de cette menace, il faudrait pouvoir réévaluer ce risque après ce qu'il s'est passé en Nouvelle-Zélande, afin d'examiner s'il ne faut pas augmenter la sécurisation de certains lieux et revoir l'occupation policière sur le terrain", a indiqué samedi M. Laaouej auprès de l'agence Belga. "L'objectif n'est pas d'instiller la panique au sein de la population en Belgique mais de prévenir un effet de contagion."

M. Laaouej se dit particulièrement inquiet des conséquences de la vidéo diffusée par l'auteur des attentats à Christchurch, qui s'est filmé, diffusant son acte en direct. Entre-temps, cette vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux. "C'est l'élément structurant à l'ère de la mondialisation, et celle de l'information en particulier", a-t-il précisé.

"L'inquiétude est grandissante dans la population, celle de confession musulmane en particulier", a affirmé samedi M. Laaouej, rappelant qu'on entre librement dans les lieux de culte, les églises et les mosquées.

Bourgmestre de Koekelberg, Ahmed Laaouej a interrogé le chef de corps de la zone de police Ouest (Molenbeek-Saint-Jean, Jette, Ganshoren, Berchem-Sainte-Agathe et Koekelberg). Ce dernier lui a indiqué que la zone était passée en mode de vigilance avec un surcroît de sécurité, impliquant le passage de patrouilles de police auprès des lieux de culte, les mosquées en particulier. Ce chef de zone lui a également indiqué que si l'Ocam n'avait pas relevé le niveau de la menace terroriste, ce point d'attention figurait au rang des priorités.

"L'extrême droite qui se revigore de par le monde, et en Europe aussi, se nourrit d'islamophobie et certains Etats comme le Royaume-Uni ou la France ont pris des mesures de sécurité particulières pour prévenir tout acte terroriste dirigé contre la communauté musulmane", observe M. Laaouej dans son courrier au président de la Chambre. Il attend des autorités belges qu'elles évaluent également le niveau de la menace d'extrême droite, et qu'elles prennent, en fonction, les dispositions nécessaires.