Politique belge Gauthier de Sauvage est nommé secrétaire général du CDH. Il succède à Éric Poncin.

Il faisait partie des meubles au CDH. Secrétaire général du parti depuis 2004, un poste hautement stratégique, Éric Poncin a pris ses nouvelles fonctions au sein du comité de direction de la SRIW (Société régionale d’investissement de Wallonie) en ce tout début d’année 2019. Son successeur est connu. Il s’agit de Gauthier de Sauvage, désigné secrétaire général ce lundi matin par le bureau politique du CDH.

“Je suis ravi que Gauthier ait accepté la mission que je lui ai proposée”, commente Benoît Lutgen, le président des humanistes. “Conseiller communal depuis 2006, échevin depuis 2012, il connaît bien la vie d’un mandataire local, un élément clé pour la fonction, puisqu’elle a notamment comme objectif d’être au service de nos élus, et de pouvoir répondre à l’ensemble de leurs questions au cours d’une législature.”

Fonction clé dans un parti

Formé à l’Ichec (sciences commerciales et de gestion), Gauthier de Sauvage, 35 ans, connaît bien les matières budgétaires et financières, un autre atout pour son nouveau job. Nommé échevin à Gembloux pour la première fois en 2012, il eut d’ailleurs à gérer le budget, ainsi que l’enseignement. Depuis les élections de 2018, il est en charge, entre autres, de l’enseignement, des travaux et de la petite enfance. Il est aussi le président du CDH dans l’arrondissement de Namur. Réputé très proche de son bourgmestre, le député fédéral Benoît Dispa, il est également apprécié par Maxime Prévot, bourgmestre de Namur. Enfin, sa famille est à la tête de la société immobilière Actibel, bien connue du côté de Namur.

Secrétaire général est un poste clé dans une formation politique, surtout en année électorale comme le sera 2019. Il est une sorte de superorganisateur, gérant les ressources humaines, matérielles et financières, en contact direct avec les candidats et les troupes sur le terrain pour le déploiement de la stratégie du parti.

Benoît Lutgen a occupé cette fonction au tout début des années 2000 lorsque Joëlle Milquet était présidente. Quand il est devenu ministre wallon en 2004, il a été remplacé par Éric Poncin, un ami de longue date. Ce dernier était considéré comme le principal bras droit du Bastognard. Charge à Gauthier de Sauvage d’assurer la relève.