Politique belge

“Je passe le relais de la présidence du CDH”, dit Benoît Lutgen. Maxime Prévot devrait lui succéder et mener le parti aux élections.

Avec sa façade orange, le siège du CDH est le bâtiment le plus tape-à-l’œil de la rue des Deux Églises, à Bruxelles. Benoît Lutgen, le maître des lieux, nous y attend dans la salle de réunion du deuxième étage. Barbe de trois jours grisonnante, blazer bleu, l’air manifestement satisfait par la nouvelle qu’il réserve à La Libre, il lâche : “J’ai décidé de passer le relais au niveau de la présidence du parti…”

La transition se fera à brève échéance. Il officialisera sa démission ce mercredi matin en bureau de parti. Ensuite, “des élections vont être organisées très rapidement, à mon avis dans les quinze jours, avec une entrée en fonction immédiate du nouveau président.”

Il s’explique. “Mon mandat prend fin de toute façon en octobre” . Et, après deux mandats successifs, il ne peut plus se représenter. Le futur patron des humanistes pourra donc mener toute la séquence politique qui s’ouvre en vue du méga scrutin du 26 mai (élections fédérales, régionales et européennes) ; de la campagne électorale aux éventuelles négociations pour la formation des exécutifs.

Le centriste n’est pas du genre à se confier. Il a pourtant expliqué à La Libre avoir " un gros pincement au cœur” .

Découvrez toutes les explications de Benoît Lutgen