Politique belge

La N-VA, le CD&V et l'Open VLD ont tenu une conférence de presse commune ce mardi en début d'après-midi. Les trois partis détailleront demain/mercredi les détails de leur accord mais ils ont confirmé leur volonté de gouverner ensemble au niveau flamand. Mais aussi d'impliquer le MR dans les négociations au niveau fédéral.

Gwendolyn Rutten, la présidente de l'Open VLD, a d'ailleurs affirmé que "la confiance est un lien très fort. C'est pour ça que nous nous engageons avec le CD&V et la N-VA. Et, au fédéral, avec le MR".

Dans la foulée, la coalition suédoise a d'ailleurs été validée à l'unanimité par le conseil du MR, comme le signale notre journaliste Frédéric Chardon sur Twitter.


Devant le siège du parti, Didier Reynders a déclaré que "Nous allons (dans cette coalition) avec notre programme".

Le MR sera donc le seul parti francophone autour de la table et bénéficiera, en cas d'accord, de 7 ministres dans la prochaine mouture, puisque la parité doit être respectée (7 francophones, 7 Flamands et un Premier ministre au-dessus de la mêlée).

L'informateur Charles Michel avait noué des contacts discrets en vue de former une telle coalition tout le week-end et jusqu’à ce lundi encore. La N-VA et le CD&V s'étaient finalement accordés ce lundi peu avant minuit sur l'ouverture à l'Open VLD des négociations pour la formation du gouvernement flamand, ce qui a permis de former au fédéral une coalition N-VA/CD&V/Open VLD/MR (dite "kamikaze" ou "suédoise").

Dans l'après-midi, le ministre du Budget, Olivier Chastel, a tweeté une photo où il arbore un bracelet aux couleurs suédoises.