Politique belge

Un article consacré aux trahisons en politique paru dans "La Libre" relatait la tentative - avortée - du président du PSC en 1997 de constituer un accord préélectoral avec le PRL-FDF. Charles-Ferdinand tient à souligner que son partenaire de majorité à l’époque, le PS, n’avait pas été trahi. "Car, expose-t-il, j’avais annoncé à plusieurs reprises à Philippe Busquin (alors président du PS - NdlR) que s’il pouvait compter sur la stabilité de la coalition jusqu’aux élections, je ne désirais pas engager le PSC au-delà." On sait ce qu’il en est advenu. 

Une sortie publique de Gérard Deprez, le prédécesseur de Monsieur Nothomb, a précipité l’échec des négociations avec les libéraux. Lesquels ont alors négocié un accord préélectoral avec les socialistes. Et Monsieur Nothomb d’ajouter : "Je ne suis pas non plus senti trahi par Louis Michel ( alors président des libéraux de l’époque - NdlR) . La politique est aussi faite de relations correctes entre présidents de parti."