Politique belge

Le nouveau président du MR veut " une stratégie économique totalement mobilisée sur la question climatique". Il s'est confié à nos confrères de la DH.

Vous mènerez votre parti aux élections. Avec quels objectifs ?

"Je veux répondre aux aspirations des jeunes qui vont voter pour la première fois. En les prenant au sérieux, en débattant avec eux, et pas simplement en essayant de les récupérer, comme certains sont tentés de le faire."

Ecolo surfe sur une véritable vague verte et séduit les jeunes.

"Surfer est le bon mot. Moi, je ne veux pas surfer. Mais prendre des engagements pour engranger des résultats. L’incantation ne suffira pas pour faire reculer le danger climatique. Il faudra un projet sérieux, que nous avons commencé à mettre en place ces dernières années : les éoliennes offshore, avec un million de ménages raccordés dans le pays ; le lancement les greens bonds (obligations vertes) pour 4,5 milliards € pour une finance plus vertueuse en matière climatique ; notre plan climat, etc. Là, nous faisons œuvre utile. Il faut lancer le débat du développement économique, de l’amélioration des conditions de vie, avec l’enjeu climatique. Tôt au tard, les partis politiques qui sont dans l’incantation et l’accusation devront montrer leurs propositions. Et leur impact sur le pouvoir d’achat, le développement économique. On ne réussira pas à relever le défi climatique sur un désert économique. Ni en faisant fuir par milliers les entreprises, stigmatisées."

C’est que vous craignez ?

(...)