Politique belge "Cela peut encore durer des mois comme ça", souffle un libéral après la réunion du conseil de parti du MR ce lundi. 

Chez les libéraux, l'agacement commence à se faire sentir et il a été exprimé ce matin au QG du MR (avenue de la Toison d'or) par plusieurs poids lourds. Les réunions de pré-négociations entre MR et CDH ont été, ces deux dernières semaines, très fructueuses. On sentait une réelle volonté d'avancer et de former de nouvelles majorités à la Région wallonne, à la Région bruxelloise et à la Fédération Wallonie-Bruxelles. Mais une ombre inquiétante vient noircir l'horizon libéral : au MR, on constate que les gouvernements des entités fédérées, malgré le "coup" politique de Benoît Lutgen il y a 15 jours, continuent de fonctionner. Et même mieux que cela : un paquet de dossiers est en train d'être adopté à marche forcée dans ces différents exécutifs. 

Le MR ne comprend plus bien dans quel jeu il joue : le CDH veut-il vraiment mettre le PS dans l'opposition partout ? Le président libéral, Olivier Chastel, a donc eu un contact informel avec Benoît Lutgen il y a quelques jours pour l'avertir : il doit débrancher réellement la prise des majorités. "La période est vraiment bizarre, analyse une source proche des contacts MR-CDH . On ne va pas attendre comme ça pendant des semaines alors qu'ils sont en train de faire passer plein de trucs en gouvernement. Nous ne voulons pas être simplement les notaires jusqu'en 2019 de ce qu'ils sont en train d'adopter. Je comprends que le PS veuille faire passer des dossiers auxquels il tient avant de repartir éventuellement dans l'opposition mais pourquoi le CDH accepte-t-il cela ?"