Politique belge

Attaquée par Alain Destexhe, député de son propre camp politique, la bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans (MR), a envoyé un mail d'explication à Olivier Chastel, le président des libéraux. Nous avons pu consulter ce document dont l'envoi a précédé le clash de lundi matin, au bureau de parti, entre les deux mandataires MR. 

Pour rappel, Alain Destexhe accuse Françoise Schepmans d'un excès de tolérance vis-à-vis des musulmans de sa commune. Voici des extraits de cette lettre d'explication de la bourgmestre de Molenbeek. Elle revient notamment sur la critique principale d'Alain Destexhe qui dénonçait, en interne au MR, le fait que Françoise Schepmans accepte de laisser les commerces ouvrir plus tard en raison du ramadan (un "accommodement raisonnable" inacceptable pour l'élu libéral, connu pour son hostilité au communautarisme).

"Pas d'accommodement raisonnable"

"Alain Destexhe fait clairement de la désinformation par rapport à cet avis envoyé aux commerçants, écrit-elle à Olivier Chastel. […] Sur les heures de fermeture, on a rappelé la législation de fermeture à 20h pour tous les commerces ! Il n'est écrit nulle part que ces commerces sont autorisés à rester ouverts jusqu'à 21h ou 22h, voire plus tardivement. Le sens de la phrase, pointée par Alain Destexhe, est destiné uniquement à permettre aux clients 'de terminer leurs dernières courses dans la tranquillité' dans le calme ! Il n'y a ni compromission ni laxisme par rapport à la loi ! […] Il n'y a pas, comme se l'imagine Alain Destexhe, d'accommodement raisonnable dans ce message. Je serais la première à m'y opposer."

Françoise Schepmans se défend également de manière plus générale de toute forme de "communautarisme" pro-musulman à Molenbeek : "Dans ma commune, je continuerai à lutter contre toutes les formes de radicalisme et de repli communautaire. C'est un combat que je mène depuis 20 ans, à une époque où parler de problèmes d'intégration était pratiquement tabou ! Dois-je rappeler que je suis la première députée bruxelloise à avoir demandé un parcours d'intégration ? A chaque discours, dans chaque message sur cette question de l'intégration, j'explique que les personnes accueillies en Belgique ont des droits et des devoirs, qu'ils doivent apprendre les langues du pays d'accueil et s'insérer dans la vie sociale, économique, culturelle."

Alain Destexhe accusait enfin la bourgmestre de ne pas avoir rompu clairement avec la politique de l'ancien mayeur de Molenbeek, Philippe Moureaux (PS), accusé lui-même d'avoir fermé les yeux, par électoralisme, sur l'islamisme radical. " Je crains qu'Alain Destexhe, qui n'a pas d'expérience locale, de proximité, mélange tout jusqu'à oser prétendre que j'aurais cautionné la politique de mon prédécesseur. Sous les majorités précédentes, je me suis toujours opposée aux décisions contraires à mes convictions même si mon groupe n'avait pas la main. Aujourd'hui, comme bourgmestre, je prends des décisions qui me semblent justes et en accord avec les principes de mon parti."