Politique belge

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, a dit mercredi son inquiétude à propos des mesures décidées par le gouvernement fédéral en matière de pensions. 

Selon lui, elles pèseront lourd sur les fonctionnaires et les enseignants. M. Demotte vise plus particulièrement la suppression annoncée de la bonification gratuite pour diplôme et des tantièmes préférentiels, soit le coefficient de revalorisation pour la pénibilité du métier dont bénéficient 120.000 enseignants francophones.

"La disparition des tantièmes préférentiels augureraient d'un nouvel allongement de la carrière des enseignants pourtant déjà très durement touchés par le report de l'âge légal de la retraite à 67 ans, par la suppression de la bonification pour diplôme et par le recul des conditions d'âge et de durée de carrière donnant accès au départ en pension anticipée. Ce serait un nouveau camouflet pour les enseignants", a expliqué M. Demotte qui interpellera le gouvernement fédéral.