Politique belge

Le président du MR, Olivier Chastel, a écarté mardi la constitution d'une majorité constituée seulement par son parti et le cdH en Région wallonne, disant plutôt privilégier une solution pour les trois entités concernées, ce qui nécessite la participation d'au moins un troisième parti. 

"Un certain nombre de convergences (avec le cdH, ndlr) sont évidentes, mais notre volonté est de faire cela avec plusieurs formations autour de la table", a confié M. Chastel à l'issue de quatre heures d'entretien avec son homologue du cdH, Benoît Lutgen, en vue de constituer de nouvelles majorités après le divorce entre PS et cdH.

"Nous voulons vraiment privilégier une solution pour les trois entités fédérées (Région wallonne, Région de Bruxelles-Capitale et Fédération Wallonie-Bruxelles, ndlr)", a-t-il insisté.

Si MR et cdH détiennent effectivement une majorité -très étriquée toutefois- au Parlement de Wallonie, les partenaires entendent néanmoins "préserver le dialogue avec les deux autres partis (Ecolo et DéFI, ndlr) pour pouvoir travailler à Bruxelles et en Fédération", a expliqué M. Chastel.

A l'issue de la réunion, M. Lutgen a salué de son côté la volonté conjointe du cdH et du MR d'entrer dans une nouvelle dynamique: celle "d'apporter une alternative très forte au PS" en Wallonie et à Bruxelles.

Au cours de cet entretien organisé dans les salons du Parlement de la Fédération à Bruxelles, le président du MR a déroulé, entité par entité, les accents qu'il souhaitait donner aux politiques qui seraient menées d'ici la fin de la législature, à l'été 2019.

Outre les questions de (bonne) gouvernance, les réformateurs entendent notamment revenir sur l'allongement du tronc commun jusqu'à 15 ans prévu par le Pacte d'excellence. En Wallonie, ils veulent revoir les politiques de soutien à l'emploi.

Pour Bruxelles, le MR veut renforcer les politiques de soutien aux entreprises, ainsi que les initiatives en matière de logement afin d'éviter que les Bruxellois ne quittent la capitale.

Interrogé par la presse sur une éventuelle alliance avec le PS si les discussions avec le cdH ne devaient, en fin de course, pas aboutir faute de majorité, le président du MR, Olivier Chastel, a écarté la chose. "Il y a une autre politique à mener (en Wallonie et à Bruxelles) que celle imprimée par le PS", a-t-il commenté. "On ira jusqu'au bout du raisonnement...".

M. Lutgen doit à nouveau rencontrer Ecolo ce jeudi, de même que DéFI en théorie.

Les écologistes rencontreront de leur côté le PS mercredi matin pour discuter de leur vingtaine de propositions en matière d'éthique et de renouveau politique. Le président de DéFI sera, lui, reçu dans l'après-midi par les écologistes.