Politique belge

Le MR est écartelé entre son aile droite qui pourrait être attirée par Alain Destexhe et son aile “libérale sociale”. Certains progressistes au sein du MR voudraient se structurer après les élections, voire plus…

L’aile la plus centriste du MR va-t-elle prendre son indépendance tout comme viennent de le faire certains libéraux les plus conservateurs ? Des velléités existent. Avec un air de déjà-vu. Les libéraux n’ont que rarement été d’accord entre eux.

Dans l’éternel mouvement de balancier qui anime le monde des idées politiques, le MR marque désormais un temps d’arrêt. La majorité fédérale mise en place par Charles Michel en 2014 était un coup d’une audace rare. En engageant sa formation aux côtés de la N-VA - plus conservatrice que le MR -, le Premier ministre espérait polariser l’opinion publique. Il y aurait eu la gauche francophone d’un côté et les libéraux de l’autre. C’est exactement ce qui s’est passé : les quatre années de majorité "suédoise" ont cristallisé de nombreuses failles de la société belge sur la migration, la sécurité, la fiscalité…

(...)