Politique belge L’interview croisée d’Alain Destexhe et Mischaël Modrikamen, nerveuse, s’est terminée par un départ prématuré du Bruxellois.

Ce mardi, à 10 jours des élections, nos confrères de la DH ont réuni Mischaël Modrikamen, président du Parti populaire et Alain Destexhe, leader des Listes Destexhe pour un débat autour de leur programme respectif. Avantla première question, à peine installé dans son siège, Alain Destexhe ouvre les hostilités.

"D’emblée, je voudrais dire que je regrette que La DH ne m’a pas laissé le choix du débat. J’ai quitté le MR donc j’aurais voulu débattre avec le MR. Mon opposition politique est d’abord avec eux, sur l’immigration, l’islamisme, sur la sortie du nucléaire, la loi climat."

On vous a proposé ce débat car vous cherchez tous deux à incarner un parti à droite du MR.

M.M : "Je n’ai pas tous ces problèmes de positionnement par rapport au MR. Ma seule préoccupation, c’est d’arriver avec des solutions de rupture que les gens attendent. Je m’adresse aux gens qui votent pour l’ensemble des partis. Aux dernières élections, il y avait autant de gens qui votaient MR que PS qui ont voté pour nous. L’ensemble des partis traditionnels sont responsables de la situation dans laquelle nous nous trouvons. On est dans un décor de carton-pâte où on nous dit que tout va bien. Moi, je dis que non. L’enseignement est en train de s’écrouler. C’est orwellien qu’on nous parle de Pacte d’excellence. L’invasion migratoire est là. Sécurité et justice dysfonctionnent. La situation de la Wallonie est déplorable."

(...)