Politique belge

S'il est candidat au secrétariat général du Conseil de l'Europe, le vice-premier ministre MR, Didier Reynders, n'a pas encore tourné la page de la politique belge, a-t-il fait remarquer mardi lors de son arrivée à la réunion du comité ministériel restreint. 

"Il ne faut jamais tourner la page trop tôt. On est dans une procédure qui se terminera d'ici l'été prochain. Je suis candidat à une fonction mais, d'ici là, il y aura encore beaucoup de choses à faire en Belgique et il y aura une échéance électorale majeure pour le pays", a expliqué M. Reynders.

A plusieurs reprises, le vice-premier ministre a indiqué qu'en vue des élections du 26 mai, il briguerait la tête de liste à la Chambre à Bruxelles.

"Je l'ai toujours annoncé. De toute façon, les procédures en cours (en vue de devenir secrétaire général du Conseil de l'Europe) se termineront après les élections", a-t-il dit.

M. Reynders est l'un des poids lourds de la politique belge. Il siège dans le gouvernement fédéral depuis 1999: il est ou a été vice-premier ministre, ministre des Finances et ministre des Affaires étrangères. Il a également présidé le MR. Tête de liste des libéraux francophones lors du scrutin de 2014 à la Chambre, il avait réalisé le premier score en voix de préférence avec 54.000 voix.