Politique belge

La nouvelle formule de majorité fédérale n’a pas la cote. Mais alors, pas du tout… Le gouvernement Michel est sur pied depuis un peu moins de deux mois et, selon les résultats du nouveau grand baromètre politique “La Libre/RTBF/Dedicated”, la population n’accorde pas sa confiance à la coalition de centre-droit qui associe le MR à la N-VA, au CD&V et à l’Open VLD. En effet, seulement 20 % des Belges se font une bonne ou une très bonne opinion de son action. C’est tout simplement le plus mauvais résultat accordé à un gouvernement belge dans toute l’histoire de nos baromètres politiques, toutes régions confondues…

50% des francophones rejettent Michel 1er

Du côté des sceptiques et des très sceptiques, 42 % des personnes interrogées voient d’un mauvais œil l’actuelle coalition. En Wallonie et à Bruxelles, les opinions sont plus négatives encore qu’en Flandre (35 % de mauvaise opinion) puisqu’une majorité de la population y rejette la “suédoise”.

Il reste donc encore pas mal de travail au Premier ministre Charles Michel (MR) pour convaincre… En particulier du côté francophone de la frontière linguistique. En Wallonie, à peine 12 % des gens s’enthousiasment pour la formule de centre-droit au pouvoir au fédéral, soit bien moins que le score électoral que réalise le MR au sud du pays. Le Premier ministre devra donc aussi convaincre au sein de ses propres électeurs. Le pari de Charles Michel est donc loin d’être gagné pour le moment… Il lui reste 5 ans de législature pour changer la donne et permettre au MR de sortir vainqueur de cette majorité inédite où une seule formation représente l’ensemble des francophones.

Il y a une marge de progression

Une grosse nuance : si on cumule les personnes “sans opinion”, celles qui sont mitigées par rapport à la “suédoise” et celles qui estiment qu’il est trop tôt pour se prononcer sur la question, on arrive à un très gros chiffre : 39 % pour l’ensemble de la Belgique. Autrement dit, la marge de progression est énorme… La confiance accordée au gouvernement fédéral pourrait assez fortement progresser dans les prochains mois, les prochaines années.

Polémiques à répétition

Par ailleurs, pour expliquer les mauvais résultats actuels de Michel 1er, il faut se rappeler que les premières semaines de vie de la majorité ont été particulièrement chahutées : polémiques à répétition autour des fréquentations borderline et des propos sulfureux ou supposés sulfureux de ministres N-VA très en vue (Jambon et Francken), matraquage syndical et campagne agressive du PS à l’égard des mesures d’austérité de l’accord de gouvernement (saut d’index, report de l’âge de départ à la retraite, etc.), cacophonie politique suite aux sorties en solo de Kris Peeters (CD&V) sur la taxation du capital, d’Alexander De Croo (Open VLD) sur le salaire déplafonné des top managers des entreprises publiques, l’émoi autour des coupes sombres dans les budgets des institutions culturelles “fédérales” telles que la Monnaie… Tout cela ne donne pas l’image d’une équipe ministérielle soudée. Même les Flamands, pourtant très largement représentés dans cette majorité, la boudent. C’est dire…

Embellie en vue

Mais le climat devrait en principe s’apaiser, le gouvernement va pouvoir passer à la vitesse supérieure, mener à bien des dossiers, etc. Au final, sa cote devrait remonter. En particulier en fin de législature où des mesures plus populaires devraient être adoptées (réforme fiscale, notamment) pour peu que les finances publiques le permettent.


Et les gouvernements régionaux? Ils ne font guère mieux... (cliquez ici)