Politique belge

Francis Ghigny, l'ex-président de la CWaPE (le régulateur wallon du marché de l'énergie), sera écarté du jury devant désigner son successeur en raison de ses prises de position de ces derniers mois, qui ne garantissent plus l'impartialité de ce jury, a annoncé mercredi le ministre wallon de l'Énergie Christophe Lacroix, en plénière du parlement wallon. M. Ghigny a été admis à la retraite le 31 janvier dernier. Avant de partir, il avait fait état d'une volonté du gouvernement de chercher à imposer en catimini une dirigeante de la CWaPE qui est par ailleurs belle-soeur du ministre-président wallon Paul Magnette.

Le ministre de l'Énergie de l'époque, Paul Furlan, avait réfuté et enclenché la procédure de succession, via la désignation d'un jury au sein duquel il avait intégré Francis Ghigny, sous l'égide du Selor, l'organe fédéral de sélection des hauts fonctionnaires publics.

Or, fin janvier, le Selor a indiqué au ministre Lacroix - qui avait entre-temps succédé à M. Furlan démissionnaire - avoir reçu un courrier d'un(e) candidat(e) qui déplorait la partialité de M. Ghigny, en raison de ses multiples prises de position dans la presse et en commission du parlement wallon. L'impartialité du jury dans son ensemble serait ainsi mise à mal.

Le ministre a donc suspendu la procédure et demandé une analyse juridique externe. Cette dernière a confirmé que le maintien de M. Ghigny portait atteinte à l'impartialité du jury. Le ministre proposera donc dès jeudi le remplacement de M. Ghigny au sein du jury.

Benoît Drèze (cdH), qui interrogeait le ministre PS, ne s'est pas dit surpris par cette décision, mais il a jugé "relativement monocolore" la composition du jury restant, et appelé de ses vœux "une recomposition du jury". "Monocolore", a embrayé Jean-Luc Crucke (MR), "cela veut dire socialiste".

Le ministre s'est inscrit en faux contre ces allégations de politisation. "Ce jury est organisé par le Selor, l'organe qui recrute l'ensemble des fonctionnaires de ce pays. Vous jetez l'opprobre sur le Selor", a lancé le ministre Lacroix à l'adresse de M. Drèze. Il estime que sous l'égide du Selor, la garantie de neutralité est apportée sur l'objectivité du jury de sélection.