Politique belge

En 2016, une "usine à trolls" russe a bombardé 150 millions d’Américains avec des messages polarisants sur Instagram et Facebook. Cette même société, liée au Kremlin selon les services de renseignement américains, a activé ses serveurs pour tweeter des milliers de messages, qui ont été à leur tour retweetés plus d’un million de fois. Les propagandistes russes ciblaient notamment l’électorat démocrate noir, dans le but de les détourner de la candidate Hillary Clinton. Finalement Donald Trump fut élu, avec une majorité des grands électeurs et moins de voix que sa concurrente démocrate. Ce scénario est-il possible aux élections régionales, fédérales et européennes du 26 mai en Belgique ?