Politique belge

La majorité PS-cdH en Fédération Wallonie-Bruxelles a repoussé jeudi en commission du Parlement une proposition de décret déposée par l'opposition Ecolo visant à étendre à l'enseignement libre l'obligation d'organiser une heure de cours de philosophie et citoyenneté (CPC), comme pratiqué depuis bientôt trois ans dans l'enseignement officiel. Aux yeux des Verts, le fait que les élèves de l'enseignement officiel bénéficient de ce cours alors que ceux du libre catholique n'en jouissent pas constitue une discrimination qui peut difficilement se justifier, tant sur le plan des principes que du droit.

"Notre ambition est de rassembler plutôt que de diviser", a défendu en commission leur cheffe de groupe, Barbara Trachte.

Le cdH, par la voix de Mathilde Vandorpe, a toutefois repoussé l'idée.

Si l'enseignement catholique n'est en effet pas tenu aujourd'hui d'organiser une heure séparée de CPC dans sa grille horaire, le référentiel (les objectifs généraux, ndlr) de ce cours doit néanmoins être bel et bien mis en oeuvre au travers des autres des autres cours (religion, histoire, ...), a-t-elle rappelé.

"Nous demandons de permettre le temps de la mise en œuvre de ce référentiel plutôt que de se positionner sur une modification de la règle alors que celle-ci n'a pas encore pu être véritablement mise en place dans tous les établissements scolaires", a défendu le cdH pour qui l'introduction de cette heure de CPC ne pourrait de toute façon pas se faire au détriment des heures actuelles de religion catholique.

Tout en disant soutenir "à terme" l'objectif du texte écolo, le PS est néanmoins resté loyal à son partenaire de majorité en rejetant lui aussi l'initiative.

A moins de deux mois des élections, le calendrier est en effet fort court pour travailler sereinement, d'autant que la législation introduisant le CPC dans l'officiel fait toujours l'objet d'un recours déposé par le secrétariat de l'enseignement catholique (SeGEC), a notamment justifié la députée Véronique Jamoulle.

Face au refus d'approuver son texte, Ecolo a suggéré de mettre sur pied un groupe de travail pour réfléchir avec les autres partis à sa proposition, et de procéder à des auditions pour éclairer le débat. Mais ici aussi, la majorité PS-cdH, bien soudée, a fermé la porte.

Avec la transposition législative du Pacte d'excellence, la commission Education du Parlement est en effet déjà suffisamment occupée, a-t-elle fait valoir. "Il ne semblerait pas opportun d'y ajouter le travail sur un dossier tel que celui-là, dont aucune urgence ne justifie le traitement présentement", a encore dit Mme Vandorpe, pointant par ailleurs la proximité des élections, période peu propice à un "débat serein sur le sujet", selon elle.

La proposition de décret a finalement été rejetée par la majorité PS-cdH. L'opposition MR s'est, elle, abstenue.