Politique belge
Le Comité de mise en oeuvre des réformes institutionnelles (Comori) s'est séparé vendredi soir à Bruxelles sans avoir réussi à trouver un accord définitif sur l'adaptation de la loi spéciale de financement (LSF), l'un des éléments majeurs de la 6ème réforme de l'Etat négociée entre huit partis - les six formant la coalition gouvernementale et les deux partis écologistes, Ecolo et Groen -, a-t-on appris de source gouvernementale.

La réunion, qui a rassemblé le Premier ministre Elio Di Rupo, les deux secrétaires d'Etat aux réformes institutionnelles et des représentants des huit partis, a toutefois été qualifiée de "constructive". Elle avait débuté vers 16h30, avec un peu de retard en raison de la tenue d'un conseil ministériel restreint consacré au contrôle budgétaire destiné à adapter le budget 2013, puis d'une rencontre entre le gouvernement et les interlocuteurs sociaux dans le cadre des discussions sur l'harmonisation des statuts des employés et des ouvriers.

Le Comori a chargé des experts de se pencher sur les contributions des diverses entités (le fédéral, les Régions et les Communautés, ainsi que les pouvoirs locaux) à l'effort budgétaire à fournir pour respecter les recommandations de la Commission européenne.

Aucune nouvelle réunion du Comori, qui doit concrétiser l'accord sur le transfert de compétences conclu fin 2011 entre les huit partis, lors de la formation de l'équipe Di Rupo 1er, n'est prévue ce week-end.

Certains des principaux ministres du gouvernement fédéral doivent cependant se retrouver samedi dès 09h00 pour poursuivre - là aussi sans espoir de conclusion immédiate - du contrôle budgétaire destiné à adapter le budget 2013. Ils se retrouveront dans un endroit "secret", un lieu autre que le 16 rue de la Loi ou le Lambermont, la résidence de fonction du Premier ministre située à quelques centaines de mètres.