Politique belge

Le président de l'association de voyageurs Navetteurs.be occupera la troisième place sur la liste CDH pour la Chambre, emmenée par Vanessa Matz, dans la province de Liège. Il suspend ses activités au sein de l'ASBL jusqu'au scrutin électoral. Et après ? Il faudra attendre ce que diront les urnes, répond le principal intéressé. S'il n'est pas élu, il n'exclut pas de quitter l'asbl - "je n'ai pas la prétention de croire que j'obtiendrai un mandat du premier coup mais ce serait un plus si les électeurs me font confiance" - pour se mettre au service du CDH dans des groupes de travail sur la mobilité et le ferroviaire. "Ils m'ont contacté en raison de ma spécialisation sur le rail. Je suis bénévole depuis 18 ans au sein de Navetteurs.be et il m'a semblé que c'était le bon moment pour franchir le cap. Il s'agit d'une première expérience pour moi et je pense qu'occuper la troisième place, c'est une très belle forme de reconnaissance. C'est surtout la thématique de la mobilité qui m'a parlé et le CDH veut la mettre en avant", confie Gianni Tabbone.

Ses chevaux de bataille sont d'ores et déjà : le refinancement du rail et l'intermodalité. "À mon sens, il faut massivement investir dans le matériel roulant et l'infrastructure, ne pas laisser tomber les lignes à faible densité et les points d'arrêt non gardés. Pour moi, il y a un principe de base à défendre : un train par heure, partout, en semaine comme le week-end. Un train toutes les deux heures, ce n'est plus suffisant aujourd'hui. À l'heure où les jeunes défilent pour que le monde politique adopte des mesures climatiques, il faut faire changer les mentalités et les pousser à se diriger vers le train. L'intermodalité et l'intégration tarifaire, avec un billet unique, sont également des priorités pour moi", indique-t-il.

D'autres thématiques portées par le CDH ont séduit Gianni Tabbone. "Je citerai l'équilibre entre le travail et la vie de famille, la redynamisation du crédit-temps, la lutte contre le burn-out, les valeurs familiales et la mise à disposition de moyens pour les initiatives citoyennes". Moyens sans lesquels, Navetteurs.be n'aurait jamais pu voir le jour, souligne-t-il.