Politique belge

La campagne électorale a viré à l'aigre mardi entre le CD&V et la N-VA, après une attaque ad hominem du président des nationalistes flamands, Bart De Wever, contre le vice-Premier ministre CD&V Kris Peeters. C'est dans l'émission "Alloo Bij" de VTM que le bourgmestre d'Anvers s'en est pris à celui qui l'avait défié pour le mayorat aux élections du 14 octobre dernier avant de se porter tête de liste de son parti à l'Europe au scrutin de mai prochain.

"Ca se termine toujours un peu tristement. Voyez Kris Peeters, qui doit tirer la liste européenne: c'est une triste fin, pour un vice-Premier ministre. Tout le monde le sait, c'est la pension en réalité. Les Romains auraient dit: 'rentrez chez vous, faites-vous couler un bain et ouvrez-vous les veines, car vous ne servez plus à rien. Et puis, partez au Parlement européen'", a déclaré Bart De Wever.

Le président du CD&V, Wouter Beke, a réagi vivement sur Twitter. "La classe, on l'a ou on ne l'a pas. Propos vraiment dégoûtants de mon collège (Bart De Wever). Le débat politique peut être rude et violent, mais il demande un minimum de respect. On a vraiment touché le fond", a-t-il répliqué.