Politique belge

La demande de la confiance au parlement est une prérogative du gouvernement, a rappelé jeudi le ministre Denis Ducarme (MR). 

Selon lui, malgré la sollicitation de la Chambre, Charles Michel ne doit donc pas demander la confiance à l'assemblée la semaine prochaine. Au cours d'une séance houleuse, une majorité s'est constituée mercredi à la Chambre pour voter une motion d'ordre qui propose au gouvernement de demander la confiance au parlement au plus tard mardi, date à laquelle des interpellations sont prévues.

"Je ne conseillerais pas au Premier ministre de dire oui", a déclaré le ministre MR sur les ondes de La Première.

Depuis plusieurs jours, la coalition orange-bleu (MR, CD&V, Open Vld) et le reste du parlement se disputent sur le point de savoir si le gouvernement Michel, dont la composante N-VA a claqué la porte, doit demander la confiance. En dépit d'un avis de la Chambre qui qualifie cette pratique de coutume constitutionnelle, l'orange bleue juge que ce n'est pas nécessaire car il ne s'agit pas d'un nouveau gouvernement. Selon elle, l'opposition est libre de déposer une motion de méfiance... qui déboucherait sur un gouvernement en affaires courantes voire des élections. A l'inverse, le reste du parlement estime qu'il incombe au gouvernement Michel II de demander la confiance.

"Il n'y a pas de volonté de nier la demande du parlement. Il y a une volonté que chacun soit dans son rôle", a ajouté M. Ducarme.

Le ministre continue à défendre l'option d'un gouvernement minoritaire cherchant le soutien du parlement en fonction des dossiers.

"Les affaires courantes, c'est le coma politique", a-t-il souligné.