Politique belge

Le président de DéFI, Olivier Maigain, estime que la démission de la ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant (MR), est inéluctable, si les informations selon lesquelles elle aurait refusé de donner les moyens budgétaires au SPF Mobilité pour assurer pleinement sa mission de contrôle de la sécurité des aéroports sont avérées.

"L'incompétence de cette ministre, déjà constatée dans plusieurs dossiers, a conduit à exposer la sécurité des passagers et des personnels des différents aéroports à des risques majeurs", estime M. Maingain.

"Il conviendra également de vérifier si le Premier ministre et d'autres ministres ont été informés de cette situation. Si tel était le cas, le gouvernement dans son ensemble serait confronté à un scandale d'Etat et les responsabilités seraient bien plus lourdes et c'est tout le gouvernement qui serait confronté à une grave crise de confiance", ajoute le président de DéFI.

L'administration du SPF Mobilité aurait demandé à plusieurs reprises de renforcer la sûreté des aéroports belges après l'attaque terroriste ratée du 21 août dans un train Thalys et les attentats de Paris, ce qu'aurait refusé le cabinet de la ministre de la Mobilité, rapportaient mercredi L'Echo et De Tijd.


Laurent Ledoux: "Nous sommes mis à l’écart de la plupart des dossiers"

Laurent Ledoux, le chef du SPF Mobilité, interrogé par la RTBF a également critiqué sa ministre de tutelle, expliquant qu'il faudrait au moins trois inspecteurs de sûreté en plus pour gérer les six aéroports du pays. " Aujourd’hui, nous avons 6 inspecteurs de sûreté et c’est manifestement trop peu pour assurer l’ensemble de nos missions dans les six aéroports du pays. Il nous en faudrait, au moins, trois de plus. "

Selon lui, une partie de la somme, 25 millions des 400 millions d'euros, qui aurait dû être allouée à la sécurité des aéroports a finalement été accordée à Belgocontrol. Une situation qui n'est pas normale affirme le chef du SPF. " La ministre projetait de demander 25 millions d’euros pour Belgocontrol de cette manne de 400 millions. Or, Belgocontrol n’est pas directement responsable de la sûreté. Nous avons formellement demandé, lors d’un comité de direction, le 1er février, de pouvoir introduire une demande, au travers de la ministre, pour un renforcement de l’équipe de sûreté aéroportuaire dans le cadre de cette enveloppe. Et cette demande a été refusée."

Pour rappel, Laurent Ledoux avait déjà critiqué Jacqueline Gallant lors de l'affaire "Clifford Chance". Un dossier du nom d'un cabinet d'avocats choisi par la ministre sans avoir au préalable être passée par un appel d'offres. Laurent Ledoux critique le manque de communication de sa ministre. " De manière systématique, l’administration n’est pas écoutée par la ministre. C’est bien plus grave que cela. Nous sommes mis à l’écart de la plupart des dossiers."