Politique belge

Le gouvernement Di Rupo reproche à la N-VA, au Vlaams Belang et au FDF de n'accorder aucun intérêt à la paix communautaire en Belgique. Les sénateurs Karl Vanlouwe (N-VA) et Bart Laeremans (VB) ont interrogé jeudi le Premier ministre Elio Di Rupo au sujet d'initiatives prises par la commune bruxelloise de Woluwe-St-Lambert de subsidier des initiatives socio-culturelles dans la périphérie, singulièrement dans la commune voisine de Zaventem. Appelant à condamner cette initiative illégale prise par le député-bourgmestre Olivier Maingain, président des FDF, au nom, selon lui de "l'impérialisme francophone", Karl Vanlouwe a déposé, en vain, un amendement au volet bruxellois des transferts de compétences, invitant à lier le refinancement de Bruxelles à la désignation d'échevins flamands dans les communes de la Région-Capitale. Au-delà de Woluwe, Karl Vanlouwe s'en est pris ces derniers jours à diverses initiatives, dont une de la commune d'Uccle, dirigée par le sénateur-bourgmestre Armand De Decker (MR), en soutien à Linkebeek.

Le secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'Etat, Melchior Wathelet, a répondu jeudi au nom du Premier ministre Elio Di Rupo, absent pour cause de déplacement à l'étranger. Selon le Premier ministre, le gouvernement fédéral n'a pas à se prononcer sur cette question vu que seule la Région bruxelloise exerce la tutelle sur les 19 communes.

Au-delà, "je dois constater que certains partis, de chaque communauté et de chaque région, n'accordent aucun intérêt à la paix communautaire", a-t-il ajouté dans sa réponse lue par M. Wathelet. "C'est un fait. Je ne peux que le déplorer car, contrairement à ces partis, je consacre, déjà depuis 2 ans, mon énergie à la paix communautaire à laquelle aspire ce pays", a-t-il précisé.

Les élus nationalistes n'ont pas apprécié cette réponse, faisant observer que Bruxelles était refinancée par de l'argent fédéral, et donc, flamand à 60% au moins.

Les FDF ne sont pas représentés au Sénat qui a adopté jeudi soir la réforme de la Haute assemblée et les transferts de compétence, dernier volet, avec la loi de financement, de la réforme de l'Etat.