Politique belge

Le gouvernement fédéral, minoritaire au Parlement, doit éviter un vote de confiance et déjouer les motions de méfiance.

Au MR, le raisonnement est le suivant : puisque les compétences abandonnées par les ministres N-VA ont été redistribuées à d’autres membres du gouvernement qui avaient déjà prêté serment devant le Roi, on ne peut pas parler de coalition "Michel II". Il s’agit du même exécutif, sans les nationalistes flamands. Par ailleurs, rappellent les libéraux, l’accord de gouvernement de la "suédoise", validé en 2014, reste d’application. " Il ne nous apparaît donc pas utile de procéder à un vote de confiance au Parlement. Ceux qui réclament cela veulent seulement provoquer des élections anticipées", analysait dimanche Olivier Chastel, le président du MR.(...)