Politique belge

Le cdH a tenu à rappeler mercredi soir qu'il estime que Stéphane Moreau ne peut être maintenu, "sous quelque responsabilité que ce soit", au sein du groupe Publifin-Nethys, "ni comme administrateur, ni comme dirigeant". L'administrateur-délégué de Nethys est actuellement toujours en poste, alors qu'a été évoquée mercredi, lors d'une Assemblée générale, l'idée de faire de lui un directeur général.

Ce glissement de contrat permettrait entre autres de moins le rémunérer, mais pas de l'empêcher d'occuper un rôle-clé dans la société, alors qu'une croisade politique semble s'être mise en place avec pour but ultime de l'écarter de la structure.

"L'administrateur délégué de Nethys, Stéphane Moreau, doit quitter son poste le plus rapidement possible", avait encore asséné dans la journée le chef de groupe cdH au parlement wallon, Dimitri Fourny. Alors qu'un nouveau conseil d'administration a été composé mercredi soir, les humanistes ont encore transmis un communiqué dans la soirée, rappelant la "nécessité" d'une mise en œuvre intégrale des "recommandations de la commission parlementaire Publifin-Nethys, dont le rapport a été approuvé à l'unanimité du Parlement wallon".

Cette tâche, qui comprend le "renouvellement du comité de direction", devra être une "priorité absolue" du nouveau CA, martèle le parti.

Il n'y a pas de tabou sur Stéphane Moreau, assure Mottard

Le nouveau conseil d'administration de Publifin n'a pas de tabou à propos du rôle futur de Stéphane Moreau, a assuré jeudi son président, Paul-Emile Mottard, sur les ondes de La Première. Le bureau de consultance Mc Kinsey mène actuellement un audit sur le pôle industriel que constitue Nethys, une filiale de Publifin dirigée par M. Moreau. La gestion et le "management" sont visés par l'étude. "Il n'y pas de tabou sur Stéphane Moreau. Ce qui se passait avant est terminé. Nous allons modifier le fonctionnement et le management, il sera beaucoup plus clair et l'avenir de Stéphane Moreau ne dépendra pas uniquement du problème de rémunération mais aussi de savoir si c'est l'homme qu'il faut pour gérer le groupe", a déclaré M. Mottard.

Le président de Publifin n'entend toutefois pas résumer l'avenir de Nethys à la seule question de son dirigeant. "Il n'y a pas un problème avec Stpéhane Moreau. Il y a la préoccupation du développement d'un groupe industriel (...) Ramener tout le débat Nethys à la seule question de Stéphane Moreau est une erreur que je ne veux pas commettre", a-t-il ajouté.

Les recommandations de la commission d'enquête du parlement wallon sont en cours d'exécution mais le président de Publifin s'est montré clair: il n'est pas question de démanteler le groupe. "La commission d'enquête propose le démantèlement du groupe. La volonté des Liégeois n'est pas de démanteler le groupe Publifin-Nethys. Nous ne sommes pas d'accord. Nous sommes quand même dans un Etat de droit. Il y a des actionnaires -la Ville, les communes, la province- et ce sont eux qui décideront du nouveau modèle de Nehtys".