Politique belge

Les différents gouvernements n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur le partage des efforts et des recettes dans un plan climat, confirme le cabinet du secrétaire d'Etat Melchior Wathelet après le comité de concertation. La Belgique a convenu avec l'Union européenne de réduire ses émissions de CO2 de 15% d'ici 2020 et de porter à 30% la part d'énergies renouvelables. Mais il n'y a pas eu d'accord sur la répartition des efforts entre le niveau fédéral et les Régions.

Mardi aussi, les gouvernements fédéral et régionaux se sont séparés sans accord, confirme-t-on chez Melchior Wathelet. Cela implique non seulement que la répartition des efforts nécessaires reste en suspens, mais également que le partage des 115 millions d'euros issus de la vente des droits d'émission n'a pas encore été discuté.

Un plan national sur le climat est urgent, selon la Plateforme Justice Climatique

Un plan national sur le climat est nécessaire de toute urgence, la situation actuelle dégradant le climat et portant atteinte à la crédibilité internationale de la Belgique. Telle est, en résumé, la réaction de la Plateforme Justice Climatique, composée de différentes ONG, d'associations environnementales et de syndicats, à l'échec des négociations au sien du comité de concertation sur le plan climat. "Qu'en est-il du financement du climat, de notre réduction de CO2 ou de l'achat d'air 'pur'? Qu'en est-il également des investissements verts ou d'une économie 'carbone'?", s'interroge la Plateforme, qui se pose encore de nombreuses questions. Elle se demande "avec consternation" comment les différents gouvernements n'ont pas réussi depuis quatre ans à trouver d'accord sur la répartition des efforts à fournir entre les régions et le fédéral.

La Belgique s'était engagée au sein de l'Union européenne à réduire de 15 pc, d'ici 2020, les émissions de CO2 et de faire grimper à 13 pc la part des énergies renouvelables dans la production énergétique totale.

Afin de parvenir à ces objectifs, il est donc urgent, d'après la Plateforme, d'adopter un plan complet sur le climat. D'après 11.11.11, qui coordonne la Plateforme, l'immobilité de la Belgique a pour conséquence que le pays ne respecte pas ses engagements en terme de financement international du climat et ce, au détriment des pays en développement. "Les moyens qui doivent y servir restent bloqués", estime la Plateforme.

L'association environnementale WWF ajoute que "le manque d'accord a pour conséquence qu'il n'y a pas d'accord sur l'utilisation du produit de la vente des droits d'émissions européens. Ces fonds devraient être pleinement utilisés pour la politique interne sur le climat et la réalisation d'une transition énergétique".