Politique belge

Plusieurs groupes politiques souhaitent que le député et ex-secrétaire d'Etat à l'Asile, Theo Francken (N-VA), soit entendu par la commission de l'Intérieur de la Chambre à propos du trafic d'êtres humains auquel aurait pu donner lieu le sauvetage de chrétiens syriens. En coulisses, certains s'interrogent toutefois sur le caractère incongru de l'audition d'un parlementaire par ses pairs, et ce d'autant plus qu'une enquête judiciaire est en cours. La commission de l'Intérieur entendra le 29 janvier des représentants de l'Office des étrangers et de Myria à propos des visas humanitaires dont ont bénéficié ces Syriens pour venir en Belgique. Le député Wouter De Vriendt (Ecolo-Groen) a réclamé jeudi que M. Francken soit également entendu. Et comme d'autres, il n'exclut pas de demander une commission d'enquête parlementaire sur ce dossier. Le cdH est également de cet avis.

Le groupe PS de la Chambre souhaite que M. Francken soit entendu dès la semaine prochaine vu la gravité des faits reprochés à l'un des intermédiaires de cette opération, Melikan Kucam, conseiller communal N-VA. En fonction des informations fournies, les socialistes pourraient également réclamer une commission d'enquête.

Le président de la commission de l'Intérieur, Brecht Vermeulen (N-VA), se montre toutefois très prudent. Les auditions du 29 janvier permettront aux députés de recevoir des "informations techniques". "Il est impossible de convoquer Theo Francken, nous n'avons pas les compétences d'une commission d'enquête parlementaire. Nous devons aussi prendre garde à ne pas entraver l'enquête judiciaire", a-t-il expliqué.

Au CD&V, la députée Nahima Lanjri veut aussi que M. Francken soit entendu mais le chef de groupe Servais Verherstraeten préfère attendre les résultats de l'enquête administrative ouverte par la ministre en charge de l'Asile, Maggie De Block.

Les libéraux sont également favorables à une audition même s'ils soulignent le caractère peu commun de l'audition d'un parlementaire au parlement.

En attendant, M. Francken n'a pas mis son activité médiatique en veilleuse. Il enchaîne les interviews télévisées. Il sera d'ailleurs interrogé vendredi soir dans l'émission Ter Zake (VRT). Sur Twitter, il ne faiblit pas. "Les hauts arbres prennent le vent mais leurs racines sont profondes", a-t-il lancé.