Politique belge

Le candidat à la présidence du cdH, Maxime Prévot, n'a pas catégoriquement exclu jeudi que sa formation politique puisse un jour travailler avec la N-VA. "Je ne connais aucun parti francophone qui spontanément ait l'envie de travailler avec la N-VA, mais nous sommes dans un pays complexe et l'on ne sait pas de quoi les résultats seront, mathématiquement, faits demain. Je ne veux donc pas pratiquer l'exclusive gratuite", a-t-il déclaré sur les ondes de Bel RTL. D'après l'actuel bourgmestre de Namur, le programme de la N-VA n'est "a priori pas compatible dans les valeurs et les projets" à celui du cdH.

Au vu de la complexité du pays, il se refuse toutefois à pratiquer une exclusive gratuite. "A force d'exclure tout le monde, on fait le jeu de la N-VA qui tend à démontrer que ce pays devient ingouvernable", a-t-il estimé.

Au lendemain du scrutin de 2014, le président - désormais démissionnaire - du cdH Benoît Lutgen avait décliné avec force les invitations du président de la N-VA Bart De Wever à engager des pourparlers.