Politique belge

Le conseiller communal N-VA de Malines, Melikan Kucam, fait appel de la confirmation par la chambre du conseil d'Anvers de son mandat d'arrêt, a fait savoir son avocat, Frank Coel, mercredi. 

Son client est suspecté d'avoir reçu d'importantes sommes d'argent pour permettre à des habitants de zones de conflit en Syrie d'obtenir un visa humanitaire. L'homme comparaîtra dans les 15 jours devant la chambre des mises en accusation d'Anvers. Melikan Kucam, âgé de 44 ans, avait été arrêté mardi dernier et placé sous mandat d'arrêt deux jours plus tard pour trafic d'êtres humains, organisation criminelle, corruption passive et extorsion. Via des intermédiaires, il aurait perçu de grosses sommes d'argent en échange de l'obtention de visas humanitaires pour des personnes originaires de zones de conflit en Syrie. L'homme nie pour sa part avoir été rétribué.

La justice anversoise enquête depuis novembre sur des irrégularités dans l'octroi de visas humanitaires. Selon l'enquête du parquet, Melikan Kucam, qui joue un rôle important au sein de la communauté assyrienne, aurait perçu entre 2.000 et 10.000 euros pour faire sortir des personnes de Syrie, d'Irak et de pays voisins et les amener en Belgique.

Mardi, Frank Coel avait plaidé sa libération devant la chambre du conseil d'Anvers.