Politique belge

Les ministres fédéraux du MR, du CD&V et de l'Open Vld qui forment à présent le gouvernement Michel II ont tenu dimanche après-midi leur première réunion en Conseil des ministres au 16 rue de la Loi.

Outre leurs toutes premières décisions relatives notamment aux travailleurs transfrontaliers, et à la position que la Belgique défendra en vue des prochaines échéances européennes, ils se sont mis d'accord sur la mise sur pied d'un programme d'action portant sur trois axes prioritaires: le pouvoir d'achat et une politique socio-économique forte; la sécurité et la Justice; et la politique climatique "après le signal que nous a envoyé la population", a précisé le Premier ministre, entouré de l'ensemble du gouvernement orange-bleu. "Nous voulons signifier clairement que nous avons entendu ce signal, également en concertation avec les entités fédérées. Nous devons examiner comment il est possible de mettre en oeuvre une stratégie ambitieuse", a-t-il ajouté.

En matière de pouvoir d'achat et dans le domaine socio-économique, "des décisions restent à prendre et il faut mettre a exécution ce qui a été décidé", notamment en ce qui concerne la dernière phase du tax shift. Le gouvernement doit aussi préparer le pays aux conséquences du Brexit, a dit Charles Michel.

En ce qui concerne les tout prochains jours, M. Michel a précisé qu'après son déplacement jusqu'à lundi soir à la conférence de Marrakech, consacrée à la signature du Pacte mondial sur les migrations, il veillerait "dès" son retour, à organiser des contacts avec le parlement. Il le fera selon les modalités "les plus pertinentes" encore à définir avec ses collègues au sein d'une "équipe solide et soudée consciente de la nécessité du sens des responsabilités et qui tend la main au parlement pour faire en sorte que notre pays soit gouverné dans l'intérêt des citoyens".

Des contacts seront également pris avec les partenaires sociaux, via 'le groupe des dix' réunissant les instances dirigeantes des organisations syndicales et patronales, pour présenter le programme d'actions du gouvernement.

"Je souhaite dans ce moment où un chapitre se clôture et où un autre s'ouvre, remercier les ministres N-VA et leurs équipes. Je veux dire l'appréciation que nous avons du travail réalisé en quatre ans et demi", a commenté le Premier ministre, soulignant que le gouvernement remanié appréciait également les messages faisant état d'une disponibilité de la N-VA à se montrer constructive au parlement. Le gouvernement orange bleu veillera "à ce que les passations de pouvoir se fassent de la manière la plus harmonieuse possible".

L'équipe remaniée compte aussi assumer ses responsabilités internationales, ce qui commencera par l'occupation du siège de membre non-permanent qui a été réservé à la Belgique au Conseil de sécurité des Nations unies en 2019 et 2020.

Le Premier ministre n'a par ailleurs pas souhaité se prononcer sur l'opportunité ou non de confier la présidence de la Chambre à une autre personne que l'actuel titulaire de la fonction, le N-VA Siegfried Bracke. Cette question est du ressort du parlement, a-t-il dit.

Interrogé en marge de ce premier Conseil des ministres, le Vice-premier ministre CD&V Kris Peeters n'a pas caché que le chapitre qui s'ouvre sous la forme d'une première historique, en Belgique, c'est-à-dire un gouvernement minoritaire nécessiterait de la part des partenaires de travailler dur pour rechercher à chaque fois le soutien d'une majorité. "Ce sera tout sauf une promenade dans un parc", a-t-il commenté.