Sciences - Santé

Le foie est un organe extraordinaire, notamment parce qu'il se régénère. Lundi, les Cliniques universitaires Saint-Luc dressaient le bilan d'un programme au cours duquel plus de 1000 transplantations de ce type ont été réalisées entre 1984 et 2016.

Tout menu dans son petit T-shirt vert pomme, Oscar (1) gazouille, derrière sa tétine, comme n'importe quel bébé de 8 mois. On lui adresse un sourire et il renvoie aussitôt la pareille. Eveillé et paisible à la fois, le petit bout impressionne par le teint de sa peau: jaune jusque dans le blanc de ses yeux rieurs. "Les gens le regardent, mais nous avons l'habitude, nous ne voyons plus qu'il est jaune", fait remarquer sa maman. Comme d'autres nourrissons, Oscar a fait une jaunisse, deux jours après sa naissance. Comme eux, il a été pris en charge, si ce n'est que les expositions répétées aux lampes n'y ont rien changé. Dix semaines et de nombreux examens plus tard, le diagnostic - que l'on soupçonnait déjà - est tombé, le jour où la couleur des selles - blanches - a changé: Oscar souffre d'une atrésie (maladie inflammatoire survenant dans les semaines qui suivent la naissance) des voies biliaires (AVB) (2). En avril, le bébé subit une intervention (de Kasai), qui ne donnera pas les résultats escomptés. Aujourd'hui, Oscar attend une greffe de foie. Des examens pour établir une éventuelle compatibilité avec les parents sont en cours. Si tel est le cas, la maman donnera à son fils une partie de son foie. Mais il faudrait idéalement que le petit, qui pèse aujourd'hui 6,5 kg, prenne un peu de poids et atteigne de 8 à 10 kg, avant de subir cette nouvelle opération.

© DR
Giulia avec son parrain, donneur, juste après la transplantation (Crédit:DR)

Son parrain lui offre le plus beau des cadeaux

Giulia, elle, est déjà passée par là. C'était en juin dernier. Le pronostic vital de la petite, atteinte du Syndrome d'Alagille (3), n'était pas engagé, ce qui ne la plaçait pas en priorité sur la liste d'attente, mais l'équipe médicale des Cliniques Saint-Luc a estimé que sa très mauvaise qualité de vie était une indication justifiant la transplantation. Elle eut lieu en juin dernier. Deux semaines plus tard, Giulia quittait la clinique. "C'était une véritable renaissance, s'exclame sa maman, qui tente de calmer la fillette de 3 ans, débordant d'énergie. Il faut dire que, pendant les trois années qui ont précédé la greffe, Giulia a souffert de terribles démangeaisons, qui la faisaient se gratter jusqu'au sang. C'était invivable. Elle prenait le scratch de ses chaussures pour se gratter le visage. Le matin, on la trouvait dans son lit dégoulinant de sang. Aujourd'hui, elle savoure chaque minute. Elle réalise que quelque chose a changé". C'est son parrain (âgé de 30 ans), un cousin germain, qui s'est proposé comme donneur et qui a offert là le plus beau des cadeaux à sa petite filleule, qui vient de faire sa rentrée à l'école.

© DR
Giulia avec son parrain, donneur, juste après la transplantation (Crédit:DR)

Un lointain souvenir pour Shayma

Pour Shayma, une jeune belle femme à présent âgée de 26 ans, la greffe n'est qu'un lointain souvenir. Elle avait 11 ans lors de l'intervention. "L'attente a duré un an, raconte-t-elle. L'hôpital a téléphoné un dimanche pour annoncer à mes parents qu'un foie compatible, venant d'une donneuse décédée en Allemagne, était disponible. Je suis restée un mois à l'hôpital et j'ai eu de fortes douleurs au niveau de la cicatrice. Il m'a fallu réapprendre à marcher. Aujourd'hui, je vais très bien. Je dois juste prendre quelques vitamines et un immunosuppresseur une fois par jour. Deux fois par an, je me rends à l'hôpital pour un contrôle, mais à part ça, j'ai une vie tout à fait normale. Je suis étudiante en droit, je fais du sport, et tout ce que je veux, si ce n'est que j'évite l'alcool. Mais comme je n'aime pas vraiment ça…".


(1) Prénom d'emprunt.

(2) Non traitée, l'AVB conduit à la cirrhose biliaire et au décès de l'enfant dans les premières années de vie. Le traitement chirurgical est séquentiel: en période néonatale, l'intervention de Kasai, qui est une dérivation bilio-digestive palliative entre le hile du foie et le jéjunum; ultérieurement si nécessaire, la transplantation du foie, en cas d'échec de rétablissement d'un flux biliaire vers l'intestin, et/ou de complications de la cirrhose biliaire. L'AVB est la principale indication de transplantation du foie chez l'enfant.

(3) Le syndrome d’Alagille est l’association d’un défaut de développement des voies biliaires, d’une cardiopathie, d’un faciès caractéristique, d’une déformation typique des vertèbres et d'une anomalie oculaire.

© DR
Vladimir, avant et après la greffe (Crédit: DR)


Pourquoi le foie est-il un organe extraordinaire?

"Sans foie, on ne peut pas vivre plus d'un jour ou deux. Le foie, c'est vraiment un organe clé, l'usine centrale de l'organisme, nous dit le Pr Etienne Sokal, chef du Service de gastro-entérologie et hépatologie pédiatrique aux Cliniques universitaires Saint-Luc. Le foie est responsable non seulement de détoxifier tous les toxiques que l'on ingère, mais c'est aussi lui qui va purifier le sang et assurer la composition du sang qui circule. En outre, le foie est capable de vivre au-delà d'une vie normale. Il pourrait vivre deux vies. Nous greffons des bébés de partie de foie de leurs parents, voire de leurs grands-parents. Et cela ne semble pas poser de souci au niveau de la longévité de l'organe comme si le foie greffé reprenait l'âge du receveur".

© Montage
Anna, avant et après la greffe (Crédit: DR)

C'est aussi un organe qui a la capacité de se régénérer. "Cela signifie que, si l'on coupe la moitié ou les trois quarts du foie d'un donneur, il va reprendre sa taille originale en quinze jours, poursuit le spécialiste. Le foie est composé de deux lobes, un gros lobe droit et un petit lobe gauche, qui est celui que l'on prélève habituellement pour la greffe. Le donneur ne va pas, comme pour une salamandre, refaire un lobe gauche, mais le lobe droit va s'hypertrophier pour reprendre le volume initial. De même, le lobe gauche greffé chez le receveur prendra un volume comparable à celui d'un foie normal, mais sans la segmentation lobe gauche et lobe droit, et cela sans la moindre influence sur le bon fonctionnement de l'organe".

Les maladies hépatiques en augmentation

Mais c'est aussi un organe qui, malheureusement, peut être malade sans que l'on s'en rende compte. La mortalité par maladie du foie est en augmentation. "C'est lié à notre mode de vie, la consommation d'alcool, de sucre, les excès alimentaires, l'augmentation de certaines maladies auto-immunes… Il existe donc aujourd'hui un grand défi pour prendre en charge en charge les maladies hépatiques qui ne sont malheureusement pas très populaires. Il faudrait en effet que le public en ait une vision beaucoup plus positive, comme pour le cœur ou le cerveau, des organes "nobles" pour lesquels on se montre souvent plus généreux. On est toujours prêt à acheter un petit porte-clés avec un cœur, mais pas avec un foie, souvent associé à l'alcool…"

Etant donné l'évolution très rapide de la pathologie hépatique et la pénurie d'organes provenant de personnes décédées, on a de plus en plus souvent recours au don par donneur vivant.

© Montage
Bodhana, avant et après la greffe (Crédit: DR)

Entre 1984 et 2016, plus de 1000 greffes hépatiques pédiatriques ont été réalisées aux Cliniques universitaires Saint-Luc, dont 360 par donneur vivant et une trentaine par thérapie cellulaire. Il est ainsi devenu un centre de référence international, et parfois même un "centre de la dernière chance". Globalement, on observe actuellement un taux de survie de 95% après un an, soit un gain de 20 % par rapport aux débuts du programme.

Pour le donneur, qui doit être en excellente santé physique et psychique, l'opération durera environ 5 heures et il faut compter environ trois mois d'arrêt de travail. Pour un enfant receveur, l'intervention dure environ 10 h, et l'hospitalisation de 3 à 5 semaines. Après quoi, il progressera très vite et pourra mener une vie normale.

© DR
Egor, avant et après la greffe (Crédit:DR)


A savoir

Chez les enfants, il existe trois indications principales de greffe de foie:

- l'atrésie biliaire (une maladie inflammatoire des voies biliaires survenant dans les semaines qui suivent la naissance)

- le cancer du foie

- la cholestase du foie, une maladie génétique qui provoque la diminution du débit de bile dans le foie.


En l'absence de traitement, le décès survient dans les 18 mois.