Sciences - Santé

La Chambre a approuvé jeudi par 88 voix pour, 44 contre et 12 abstentions le projet de loi qui étend aux mineurs la loi de 2002 sur l'euthanasie. Un individu qui avait pris place dans tribune du public a troublé le vote au cri d'"assassins". Il a été expulsé. Le texte a reçu le soutien des socialistes, des libéraux, des écologistes et de la N-VA. Quelques députés ont toutefois voté différemment du reste de leur groupe.

Au MR, Marie-Christine Marghem (qui expliquait à La Libre ses motivations, lire ici), Corinne De Permentier et Philippe Collard ont voté contre, tandis que Jacqueline Galant s'est abstenue. Chez Ecolo, Thérèse Snoy et Ronny Balcaen ont voté contre tandis que Fouad Lahssaini s'est abstenu. A la N-VA, 8 députés sur 27 se sont abstenus et un a voté contre. Les FDF se sont abstenus. Comme annoncé, le cdH et le CD&V ont voté contre le texte, de même que le Vlaams Belang.

Contrairement aux Pays-Bas, où l'euthanasie est autorisée à partir de 12 ans, les parlementaires ont opté pour la notion, plus flexible, de "capacité de discernement". Cette capacité de l'enfant à comprendre le "côté irréversible de la mort", selon les mots d'une députée, sera estimée au cas par cas par un psychiatre ou un psychologue indépendant. Un seul avis positif suffit. Et si l'initiative de demander l'euthanasie devra venir de l'enfant, les parents devront donner leur consentement.


Les évêques de Belgique déçus de l'approbation du projet de loi

Les évêques de Belgique se sont dits déçus par le résultat du vote, indiquent-ils dans un communiqué. Les évêques déplorent "l'adoption d'une loi que de nombreux experts considèrent comme inutile et qui comporte de nombreux défauts". "Le droit de l'enfant à demander sa propre mort est un pas de trop. Il s'agit de la transgression de l'interdit de tuer, qui constitue la base de notre société humaine", regrettent-ils encore. Les évêques craignent par ailleurs que "cette nouvelle loi ouvre la porte à une prochaine extension aux personnes handicapées, aux personnes démentes, aux malades mentaux, voire à celles qui sont fatiguées de vivre".


Les bouddhistes belges se réjouissent du vote

L'Union bouddhique Belge (UBB), qui entend représenter les bouddhistes vivant en Belgique et être un interlocuteur officiel vis-à-vis des pouvoirs publics, s'est réjoui de l'approbation jeudi du projet de loi qui étend aux mineurs la loi de 2002 sur l'euthanasie. Dans un communiqué, l'UBB souligne que "la vie humaine est une opportunité unique pour progresser sur le chemin qui nous aide à dépasser notre propre souffrance et d'aider les autres à le faire également" mais reconnaît cependant que "dans des circonstances exceptionnelles, il se peut que l'euthanasie soit la seule option sensée". Pour certains, poursuit l'Union bouddhique belge, "la perspective d'une renaissance peut également adoucir ce choix".

L'UBB dit encore soutenir les patients mineurs, leur famille et le personnel soignant "qui, dans une situation médicale sans issue impliquant des souffrances insupportables, décident ensemble que l'euthanasie est la seule réponse humainement valable".