Sciences - Santé

Avocat malvoyant, Alexandre Wespes trouvait le braille “inutile et dépassé”. Aussi, ses plaidoiries, il préférait “les apprendre par cœur”. Jusqu’au jour où, après avoir testé un système de preneur de notes avec barrette compatible avec son smartphone, il est convaincu de l’utilité de ce système tactile de lecture et d’écriture en 6 points de relief, dont l’inventeur naquit il y a tout juste 210 ans.

Ou plus exactement, ce sera Louis Braille qui, après avoir accidentellement perdu la vue à l’âge de trois ans, adaptera plus tard la méthode d’”écriture nocturne” mis au point en 1808-1809 par un certain Charles Barbier de La Serre. Cet ancien officier d’artillerie avait en effet élaboré un système destiné à permettre aux officiers de rédiger ou de lire des messages codés dans l’obscurité. Un système (appelé “sonographie”) qu’il fera évoluer dix ans plus tard, pour le concevoir à l’usage des aveugles. Présenté en 1821 à l’Institut royal des jeunes aveugles, il va aussitôt séduire les élèves, dont le jeune Louis Braille qui, alors âgé de 12 ans, s’attellera à améliorer le système pour présenter, en 1825, la version utilisée aujourd’hui.

Un système unique et inégalé

Proclamée Journée mondiale du braille, le 4 janvier est en effet le jour de la naissance de Louis Braille. Aujourd’hui, la Ligue Braille tient à rappeler que ce système d’écriture, “unique et inégalé permet aux personnes aveugles et malvoyantes de s’ouvrir au monde”. En effet, “la maîtrise de l’écriture et de l’orthographe ainsi que l’accès à l’information développent l’autonomie”. De plus, “le braille reste toujours d’actualité car il évolue avec les outils de communication et la technologie”.

La barrette braille est fort utilisée par les personnes aveugles ou malvoyantes car elle peut se connecter à un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Les personnes l’utilisent pour lire et envoyer des emails, rédiger des documents, envoyer des messages via smartphone, consulter Internet, etc. "La barrette braille est donc importante pour le travail, les études, les formations, les stages mais aussi la vie privée", relève encore la Ligue.

Pourtant, si plus de 15 000 personnes font appel aux services de la Ligue Braille en Belgique, seuls quelque 300 parmi elles utilisent le braille. “Il s’agit d’une minorité que nous défendons, nous dit-on encore à la Ligue, qui se bat pour conserver le braille. Des cours de braille sont dispensés au Centre de formation professionnelle spécialisé, au Service d’accompagnement, au sein du Centre de revalidation,…

L’audio est important et complémentaire mais il ne remplacera jamais le braille, qui est fondamental pour plusieurs raisons : il permet de maîtriser l’orthographe et l’écrit, il permet un schéma mental dans la mise en page de documents et il améliore l’autonomie des personnes. Le braille permet aussi à la personne de garder intimité et discrétion. La personne n’est en effet pas obligée de dire tout haut le message qu’elle compte envoyer et à qui. La nuisance et la fatigue auditive sont également des facteurs à considérer”.

Pour la Journée mondiale du braille, aux côtés de son chien guide, Manneken-Pis revêtira ce vendredi son tablier d’écolier aveugle et portera ses lunettes noires.

Par ailleurs, la Ligue Braille fête cette journée en proposant au grand public d’envoyer ses vœux en braille via le site https ://message.braille.be/fr/.