Sciences - Santé Selon la BBC, une équipe de chercheurs anglais aurait fait de gros progrès dans la lutte contre la cécité. Ils affirment en effet qu'un aveugle pourrait à terme retrouver la vue grâce aux cellules souches. Cette étude n'en est encore qu'au stade expérimental mais elle a donné de bons résultats sur une souris. Comment est-ce que cela fonctionne?

L'une des causes de la cécité est la « mort » des cellules photoréceptrices qui transforment la lumière en signaux neurochimiques analysables par le cerveau. Ces cellules sont présentes sur la couche postérieure de la rétine. La  « mort » de ces cellules est aussi nommée dégénérescence maculaire liée à l'âge. Celle-ci se produit le plus souvent vers 50 ans. Mais, selon les auteurs de l'étude, il serait possible de recréer de nouveaux photorécepteurs grâce aux cellules souches. Olivier Giet, docteur en sciences médicales et membre du laboratoire de thérapie cellulaire et génique du CHU de Liège explique en quoi les cellules souches sont utiles : « Elles ont la capacité de s'auto-renouveler et de se transformer en différents types de cellules fonctionnelles ». Elles se trouvent principalement dans la moelle épinière et dans le sang restant dans le cordon ombilical du nouveau-né.

Des milliers de cellules souches ont ainsi été collectées et « transformées » en cellules photoréceptrices par les chercheurs anglais. Mais comment ont-ils fait? « On peut forcer des cellules souches à se spécialiser en un type particulier de cellule grâce à une culture cellulaire, effectuée en laboratoire. Des substances chimiques sont utilisées ainsi que des matrices pour les faire adhérer à un micro-organisme vivant », explique Olivier Giet. « Mais ça prend des années de recherche et développement pour recréer de manière précise une cellule telle qu'un photorécepteur », précise-t-il.

Encore dans le domaine de la science-fiction?

Elles ont ensuite été injectées dans les yeux d'une souris aveugle. Seulement 1000 cellules sur 200.000 ont réussi à s'accrocher à la rétine et à établir une connexion nerveuse avec le cerveau. Mais cela prouve qu'il est possible d'en implanter quelques-unes avec succès. Vu ces résultats, l'équipe envisage de commencer les essais cliniques dans 5 ans. A condition, bien sûr, qu'ils parviennent à augmenter le nombre de cellules souches correctement implantées en continuant leurs tests sur des souris. Pour l'instant, ils n'ont en effet pas réussi à rendre la vue à ces rongeurs mais les résultats restent prometteurs.

A l'heure actuelle, la régénération de l'œil est un domaine avancé en matière de cellules souches. Et pour cause : le système immunitaire semble très faible à cet endroit ce qui éloigne les risques de rejet. « Des risques qui restent toujours bel et bien présents mais qui sont à évaluer au cas par cas », note Olivier Giet.

Pour lui, la médecine régénérative n'en est qu'à ses débuts et reste encore dans le domaine de la science-fiction. « Recréer un foie ou un coeur, ce n'est pas pour demain », souligne-t-il. Malgré tout, elles ont de l'avenir. Au CHU de Liège, elles sont d'ailleurs déjà utilisées pour soigner les patients via des greffes de moelle osseuse.