Les "expériences de mort imminente" restent un mystère

Sophie Devillers Publié le - Mis à jour le

Sciences - Santé

Il a popularisé en 1977 la question des expériences de mort imminente (EMI). L’Américain Raymond Moody est l’auteur du best-seller “La vie après la vie”, où il récoltait les témoignages de patients racontant leur EMI. Ce philosophe, psychiatre et médecin étudie toujours la question des EMI. Il donnera une conférence ce samedi à Bruxelles. Entretien.

Vous avez rassemblé de nombreux témoignages d’expérienceurs. Ils ont tous des traits communs…

A travers le monde entier, les gens qui arrivent à un état proche de la mort, par exemple après un arrêt cardiaque, racontent qu’ils subissent un changement de perspective. Qu’ils peuvent voir leur propre corps depuis le dessus. Et comprendre ce que les médecins et infirmières disent. Dans leur tentative de verbalisation, ils expliquent aussi qu’ils traversent un tunnel et, quand ils en sortent, ils voient une lumière brillante. Ils ressentent une sérénité totale… Ils disent qu’ils sont presque absorbés dans cet amour puissant. Ils racontent aussi que des proches, déjà morts, semblent être là pour les rencontrer et les aider. A un moment, tout semble disparaître, et ils sont entourés par un panorama très coloré, où ils voient toute leur vie défiler, mais avec le point de vue des autres sur leur action. A un moment, ils doivent revenir en arrière. Au niveau psychiatrique, l’aspect intéressant est qu’ils disent avoir découvert qu’apprendre à aimer est le plus important dans la vie.

Vous êtes le premier médecin à avoir abordé le sujet controversé des EMI. La science les étudie désormais sérieusement. Une bonne chose ?

Oui et non. Ce que tout le monde veut savoir à propos de ces EMI, c’est : est-ce ceci réellement la vie après la vie ? Et je pense qu’en 2013, la question des EMI n’est pas encore une question scientifique. C’est encore une question philosophique. “La vie après la mort” en soi, c’est une contradiction, et la science ne traite pas les contradictions. Mais je suis ravi que toutes ces études scientifiques soient réalisées, comme celle de Steven Laureys (lire ici), par exemple. Mais qu’ils puissent venir avec des solutions sur ce qu’est cette expérience de mort imminente, là, je suis plus dubitatif. De manière générale, on est très loin d’une preuve rationnelle d’une vie après la vie. On ne peut pas faire ça !

Face aux EMI, quelle est votre explication ? Celle d’une vie après la vie ?

Je n’ai pas un background religieux, et donc la notion de vie après la vie n’est pas évidente pour moi. Mais après certains témoignages, j’arrive à un point où j’abandonne ! Celui qui suit m’apparaît inexplicable : un artiste, après un accident avait eu une EMI. Son chirurgien a dit ensuite avoir parlé à ce moment-là à l’épouse du patient, tuée dans l’accident. Ce médecin avait des tonnes de diplômes. Toute explication donnée serait ridicule. Il faudrait dire qu’il a eu par exemple une crise d’hystérie… Que faire de tels témoignages ? Je pense que la chose la plus simple à dire est : il semble y avoir quelque chose après ceci. Ça semble être la plus simple explication. Je pense d’ailleurs que notre idée de l’au-delà vient de ces expériences.

Que répondez-vous aux neurologues qui pensent que les EMI sont produites par le cerveau ?

Au niveau matériel, ça semble aussi être possible. Cependant, face à la théorie qui dit que les patients en EMI souffrent d’un manque d’oxygène du cerveau, que faire avec ceux qui ont des EMI sans avoir été blessés ? Ou ceux qui en ont comme le médecin cité plus haut, aux côtés de mourants (EMI partagée) ? Je trouve aussi que ce n’est pas honnête que les tenants de ces théories changent d’explication chaque fois que je présente d’autres “cas” qui contredisent la première… Il en faudrait une seule pour tout ! Pour les EMI partagées, ils disent que ce serait dû aux neurones-miroirs (NdlR : permettant l’empathie).

C’est l’explication à la mode. Mais quid des personnes qui vivent cette EMI partagée à distance, comme dans certains témoignages ? Il n’y a alors pas de connexion physique. Selon moi, c’est inexplicable; il est plus simple de dire que tout cela est encore un mystère…

Pour la science, ces récits ne sont que des histoires extraordinaire sans valeur scientifique…

Exactement. C’est le plus gros problème. Des millions de récits ne seraient pas suffisants. Pour moi, l’avancée ne viendra pas des sciences; ni des parasciences, c’est de la pseudo-science. La science, lorsque que quelque chose est incompréhensible – sans signification et sans moyen d’être testé – cesse d’investiguer. L’avancée viendra de la philosophie, avec de nouveaux concepts logiques. Il faut de toutes nouvelles structures de pensée, un nouvel angle de vue.

Sophie Devillers

Facebook

Derniers articles

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Les inquiétantes dérives de la chirurgie de l’obésité: "Quand on coupe dans l’estomac, on se trompe d’organe"

    À l’entendre s’emporter avec passion et conviction sur les dérives de la chirurgie de l’obésité, dite bariatrique, c’est à se demander pourquoi ce chirurgien digestif semble prêcher contre sa propre chapelle. Et de fait, il n’est pas rare que les ...

  2. 2
    Les Belges ne consomment pas assez de vitamines... ou parfois trop

    Tantôt trop élevés tantôt insuffisants, les apports en vitamines A et D via l'alimentation ne sont pas souvent respectés dans la population belge. Une étude réalisée par l’Institut scientifique fédéral de recherche Sciensano et l’Université de Gand ...

  3. 3
    Interview
    Le bonheur est-il le but de l'existence?

    Le philosophe Philippe Van Parijs (UCL) nous apporte son éclairage sur la quête du bonheur. Peut-il être le but de l'existence? Interview (...)

  4. 4
    Les huiles : le cocktail santé

    Le profil lipidique des huiles végétales est fort variable. Et de celui-ci dépendra leur résistance à la chaleur. Rappelons d’abord que toutes les huiles contiennent la même quantité de lipides (99,8 %) et qu’elles apportent toutes 900 kcal par 100 ml (même l’huile d’olive !).

  5. 5
    Si elle veut briller, la Wallonie doit attirer plus de jeunes vers les sciences

    Le Pôle de politique scientifique du Comité économique et social de Wallonie presse, dans un rapport publié mercredi, les autorités publiques de poursuivre leurs efforts afin de porter les investissement en recherche et développement à 3% du PIB ...

cover-ci

Cover-PM