Pas de café, pas de vin, pas de pain, pas de sucre, pas de produits laitiers, pas de viande rouge pas de quoi, a priori, entrer - avec joie - dans la macrobiotique, discipline de vie prônée en ce lieu. A posteriori, on change pourtant vite d’avis. Inventifs, savoureux, audacieux, gourmands, parfois curieux, les mets servis au SHAmadi, le restaurant principal, s’avèrent le plus souvent délicieux. A la base de cette autre pyramide alimentaire, on trouve des céréales complètes (riz, millet, orge, avoine, maïs, blé, sarrasin). La consommation journalière devrait, en moyenne, comprendre 30 à 50 % de céréales complètes, selon le régime macrobiotique. Une portion de cette quantité peut être des nouilles ou des pâtes, du pain complet sans levure et d’autres grains traités ou des dérivés de grains comme le couscous, le boulgour ou les flocons d’avoine. Les légumes, idéalement issus de l’agriculture locale et biologique, devraient constituer 25 à 35 % de notre alimentation quotidienne. Ils peuvent être cuits à la vapeur, bouillis, sautés avec un peu d’huile de sésame non raffinée et occasionnellement frits ou en style tempura. A l’occasion, une petite portion de légumes frais, crus en salades ou en saumures, est autorisée. Interviennent ensuite les légumineuses et algues marines (5 à 10 %), ainsi que, dans les mêmes proportions, les soupes de légumes de saison avec du miso, du shoyu (sauce soja naturelle) ou du sel marin.

Poissons blancs pauvres en graisse, comme le cabillaud ou la sole, sont "acceptés en quantités raisonnables" une ou deux fois par semaine. Fruits frais, secs ou cuits le sont plusieurs fois par semaine. Côté desserts, sont autorisés les mochis, sushis, flans, gélatines naturelles, gâteaux de riz faits avec des ingrédients complets et des sucres naturels (orge malté, sirop de riz ou de fruits...), mais sans œufs, ni farine raffinée ni produits laitiers.

Et pour les boissons ? De l’eau - mais pas au cours des repas - ou du thé de brindilles brancha, de riz complet ou d’orge fumée Mais "tout thé traditionnel qui n’a pas de parfum aromatique ou un effet stimulant peut être consommé", nous rassure-t-on, de même que, de temps en temps, les jus de fruits et de légumes, frais bien évidemment ! Quant aux bières, vins et saké, ils sont tolérés avec modération.

Entre autres conseils : le soir, manger le plus tôt possible, idéalement trois heures avant d’aller dormir, et mâcher chaque bouchée aussi longtemps que possible avant d’avaler, idéalement 50 fois, ou plus, jusqu’à ce que la nourriture se liquéfie dans la bouche

Cela étant, la macrobiotique ne se résume pas à un régime nutritionnel, il s’agit de tout un mode de vie.