Art actuel

La performance bouleversante de Marina Abramovic

Marina Abramovic, artiste yougoslave, née à Belgrade en 1946, est vraiment la grande prêtresse du "performance art". Seule, ou jadis avec son ex-compagnon Ulay, elle a réalisé depuis plus de 30 ans, les performances les plus célèbres, n’hésitant pas à se mettre en danger : tendre entre eux un arc avec une flèche mortelle jusqu’à l’extrême limite ou se donner des claques pendant des heures. Le couple s’est séparé par une performance : ils ont marché tout le long de la grande muraille de Chine, l’un commençant à l’Ouest, l’autre par l’Est et se quittèrent quand ils se rejoignirent. A Venise, seule, elle passa plusieurs jours dans une cage à nettoyer des os de vache sanglants, symbolisant la guerre en Yougoslavie. Avec Jan Fabre, elle s’enferma dans une boîte, habillée d’une grande armure qui lui coupait les chairs. A 64 ans, elle continue et vient de terminer au MoMa de New York, une performance, bouleversante selon ceux qui l’ont vécue, intitulée "The artist is present". Pendant six semaines, du 14 mars au 31 mai, elle est venue chaque jour, du matin au soir, s’asseoir sur une chaise, vêtue d’une longue robe rouge. Avec devant elle, une table et une autre chaise. Les visiteurs pouvaient s’y asseoir et rester le temps qu’ils voulaient. La performeuse les fixait alors, dans les yeux, silencieuse. Plus d’un millier de visiteurs se sont assis, parfois quelques minutes, d’autres pendant des heures. Parmi eux, des inconnus, des enfants, mais aussi des "people" comme Sharon Stone, Isabelle Huppert et Isabella Rosellini. "Libération" a consacré un beau reportage à cette expérience qui démontre que le simple regard de l’autre peut être bouleversant. Beaucoup sont sortis en larmes. Le simple face à face faisant libérer toutes les émotions enfouies. Elle-même n’a jamais cillé, sauf quand son ancien compagnon, Ulay, s’est assis en face d’elle. Alors, elle s’est mise à pleurer et a avancé le bras vers lui pour lui serrer les mains quelques instants, au mépris des règles de sa propre performance.