Controverse

"Le Mur : la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme"

Après les "livres noirs" qui l’ont rudement secouée ces dernières années, la psychanalyse est à nouveau au cœur de la tourmente. Un film de la documentariste Sophie Robert, "Le Mur : la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme", projeté à Lille le 11 septembre dernier et visible désormais sur Internet (les sites Youtube.com et Dailymotion.com notamment), pourrait être bientôt interdit sur la décision d’un juge lillois appelé à se prononcer sur ce dossier délicat ce jeudi 8 décembre. Trois psychanalystes "impliqués" dans ce film de 52 minutes, dont le Belge Alexandre Stevens, ont en effet saisi la justice au motif que leur parole a été mal rendue, coupée et recomposée de manière à la rendre ridicule, estiment-ils. S’il se trouve que les trois plaignants appartiennent à l’école freudo-lacanienne, il en est d’autres qui pratiquent une thérapie plus large - Daniel Widlöcher par exemple -, sinon la pédiatrie comme le Dr Aldo Naouri. Lequel, au demeurant, fut stupéfait de découvrir un document qui, à l’origine, avait été présenté comme une approche des grands courants de la psychanalyse pour la télévision et ne serait donc pas entièrement cadré sur l’autisme. Là où d’aucuns veulent conférer à l’autisme - nom générique en somme d’une pathologie du développement extrêmement hétérogène, faut-il le souligner - une origine plutôt neurologique, d’autres, depuis des années, ont préféré pratiquer une méthode "psycho-thérapique" dont l’échec, selon Mme Robert, serait désormais avéré.