LE PIANISTE NELSON FREIRE, en récital ce dimanche à la Salle philharmonique de Liège, a fait la démonstration qu'on pouvait jouer Chopin sans mièvrerie. Dès la «Barcarolle op. 60», pièce fluide à l'inspiration méditerranéenne, le ton est donné: le virtuose va à l'essence même du discours musical, sans esbroufe, avec retenue et précision. Viennent ensuite les «24 préludes op. 28», joyau du répertoire pour piano, succession de pièces courtes, contrastant les unes par rapport aux autres. Le pianiste parvient à rendre toute la palette des émotions contenues dans ces préludes dans une interprétation magistrale et virtuose.

Lyrique sans être fantasque, puissant sans être écrasant, Freire donne de la musique du compositeur romantique une image éloignée des clichés habituels.

© La Libre Belgique 2004