éco-construction Reportage

Aux ateliers du Monceau, on faisait du développement durable bien avant que le concept ne devienne à la mode. " En 1985, nous avons débuté nos activités en proposant de la réparation de palettes en bois ", sourit le directeur Alain Klinkenberg. Développement durable dans toutes ses dimensions d’ailleurs, puisque la finalité de cette ASBL est l’intégration professionnelle de personnes handicapées, principalement sourdes ou malentendantes. Installée sur les hauteurs de Grâce-Hollogne, l’entreprise a bien grandi, étoffant son offre de services. Spécialisée dans le bois, elle réalise ainsi des palettes neuves, caissons, panneaux acoustiques et autres travaux de menuiserie industrielle.

Des personnes attentives et méticuleuses

Un souci de diversification qui l’amène à présent à démarrer une nouvelle et ambitieuse aventure. "A travers nos activités, nous avions constaté que les personnes sourdes et muettes apprécient les travaux de construction. Elles sont attentives, méticuleuses; elles ont le souci de la précision et du travail bien fait", explique notre interlocuteur.

L’idée a donc germé d’exploiter ces qualités naturelles et de les mettre au service d’un enjeu très actuel : la construction d’habitations à haute performance énergétique.

En 2008, le projet d’un nouveau système constructif porté par les Ateliers de l’Avenir - une coopérative à finalité sociale "fille" des "Ateliers du Monceau" - est ainsi retenu dans le cadre du volet éco-construction du Plan Marshall.

Sous une apparence simple, le concept baptisé Cimede (1) est pourtant le fruit d’un travail de développement complexe, réalisé en partenariat avec des entreprises industrielles et cinq centres de recherche de l’Université de Liège. De solides cloisons en bois résistantes au feu, parfaitement isolées tant sur le plan thermique qu’acoustique, permettent de composer des habitations personnalisées et évolutives.

" C’est un peu l’esprit des meubles Ikea, résume M. Klinkenberg. Un ensemble de modules que l’on peut assembler pour faire des habitations différenciées."

Des logements qui, par la magie du déplacement d’un mur intérieur pourront évoluer au fil des envies et des besoins des résidents. Et qui, cerise sur le gâteau, sont entièrement recyclables une fois arrivés en fin de vie. Une solution industrielle qui se veut toutefois flexible puisque, moyennant le respect de certaines règles, elle laisse aux architectes la possibilité d’exprimer leur créativité.

Dans l’immense et très moderne atelier récemment construit pour accueillir cette chaîne de fabrication, une poignée d’ouvriers terminent l’assemblage des murs qui serviront à réaliser les bureaux des "Ateliers de l’Avenir". Une "vitrine" qui est pour eux l’occasion de se faire la main, mais aussi d’affiner les réglages des machines spécialement conçues en Allemagne pour le projet Cimede.

Si une partie du travail est automatisée, d’autres opérations continuent à être effectuées manuellement. La pose minutieuse de l’isolant et des membranes d’étanchéité, notamment. Murs, toiture, châssis, finition extérieure en enduit ou bardage seront finalisés ici afin de garantir la qualité de la réalisation. Le montage sur place sera pour sa part confié à des entreprises qui auront été agréées par les "Ateliers de l’Avenir" et qui devront respecter un cahier des charges précis.

Quant au coût, Cimede doit permettre d’offrir des logements au standard "basse énergie" à environ 1 000 €/m² et au standard passif pour 1 300 €/m². Des montants compétitifs, mais qui pourront fluctuer selon les envies ou les exigences du maître d’œuvre.

En projet, des maisons pour particuliers

Après leurs bureaux, les Ateliers se lanceront dans la réalisation de 1 000 m² de logements destinés à un centre d’hébergement pour personnes handicapées. D’autres projets de logements sociaux figurent également dans le carnet de commandes, tandis que des développements dans le créneau des maisons pour particuliers devraient se faire plus tard.

Occupant actuellement une dizaine de personnes, la coopérative espère créer une vingtaine d’emplois dans les cinq ans et cent vingt de plus d’ici à une quinzaine d’années. C’est tout le bien qu’on lui souhaite.

(1) Construction industrielle de maisons évolutives, durables et économiques.