Allergies. Si les mères choisissent délibérément de ne pas allaiter, certaines rares contre-indications peuvent les pousser à opter pour cette alternative. Ainsi, les femmes porteuses du virus du Sida ou encore celles ayant subi une mammoplastie sont quelquefois contraintes d’abandonner le mode nutritif naturel. "Nous n’obligeons pas l’allaitement mais nous souhaitons que les parents soient avertis des vertus du lait maternel", explique Laurence Doughan, coordinatrice du plan national nutrition santé. Les études sont légion sur le sujet et démontrent notamment que les risques d’allergie diminuent suite à un allaitement exclusif voire partiel dans certains cas. Ainsi le syndrome du rhume des foins, l’asthme ou encore l’eczéma sont moins fréquents chez ces nourrissons élevés au sein. Les risques de colites ulcéreuses, de la maladie de Crohn et de diabète diminuent également.