Traitées comme des parias,car devenues incontinentes suite à des complications obstétricales ou à des violences sexuelles, ces femmes africaines peuvent retrouver une vie normale à condition d’être opérées.

Deux fois par an, des médecins belges bénévoles partent en mission à Kinshasa pour réaliser cette délicate intervention.