C'ÉTAIT À L'AUTOMNE DERNIER.

Le «Stekerlapatte» fermait ses portes, et avec lui, la culture bruxelloise du resto-brasserie perdait l'une de ses plus fameuses enseignes. Pas pour longtemps. Depuis début mars, les fourneaux ont été rallumés, et la parenthèse heureusement refermée. Ouvert en 1979 par Jeanine et feu Daniel Van Avermaet, l'ancien «Bij Katche», rebaptisé «Stekerlapatte», allait vite devenir une adresse incontournable, citée jusque dans les colonnes du «New York Times».

En 2006, le décor n'a toujours pas changé: les Marolles, rue des Prêtres-Priesterstraat pour être précis, ruelle quelconque et improbable pour un restaurant. Et pourtant, cela marche. Les trois associés qui ont repris le flambeau ont eu la bonne idée de ne pas trop bousculer les choses. Régulièrement, Jeanine Van Avermaet vient d'ailleurs passer la tête et saluer une clientèle bigarrée, voire internationale. En cuisine, la même équipe met en assiette une carte quasi inchangée, si ce n'est qu'elle est ouverte désormais tous les midis, notamment à une formule lunch. Sinon, «Bloempanch» à la bruxelloise (tranches de boudin noir poêlées, et pommes caramélisées à 8,25 €) ou Pied de cochon moutardé (8,25 €) restent deux exemples incontournables de la poésie marollienne proposée en entrée. Plus loin, les classiques Spare-ribs entiers grillés et caramélisés (16 €) ou l'Onglet de boeuf poêlé escalopé (15,50 €) sont toujours d'actualité. Le soir de notre passage, c'est le demi-poulet de grain rôti (flambé à la fine champagne, sauce crème aux champignons et pleurotes; 15 €) qui nous a toutefois comblé, tout comme, en face, le magret de canard rôti, sauce au pamplemousse, miel et gingembre (18 €). Arrivé au dessert, il y a encore de quoi faire (de la Tarte des soeurs Tatin chaude aux pommes à la conséquente Meringue glacée, chantilly, coulis de framboise).

En résumé, une «soul food» à la belge, comme l'écrivait une plume américaine, à propos du «Stekerlapatte». Bien vu.

Stekerlapatte, rue des Prêtres 4, 1000 Bxl. 02.512.86.81 ou www.stekerlapatte.be. Fermé le di., l. soir et sa. midi.

© La Libre Belgique 2006