Dans moins d’un mois, le championnat de hockey sera fini - en tout cas dans sa phase classique. La compétition nationale se déroule à marches forcées, en profitant des répits accordés parcimonieusement par la météo d’un hiver qui ne veut pas finir. On annonce 10 cm de neige mardi et personne ne sait si la prochaine journée, dimanche, pourra se dérouler normalement. Une chose semble certaine cependant : Léo-Racing, déjà remis deux fois (d’abord pour la coupe d’Europe en salle, puis par le gel) n’a quasi aucune chance de se jouer jeudi. Mais alors, quand ? La semaine suivante, le Léo a déjà un match en semaine, puisqu’il doit anticiper l’EHL. Et ensuite, on se heurterait à l’obstacle réglementaire selon lequel le calendrier doit être à jour avant d’aborder les deux dernières journées. Peut-on en outre décemment obliger deux clubs à disputer un double week-end alors que leurs concurrents seraient au repos le samedi ? On en vient à se demander si le match se jouera un jour -ce qui, au vu du classement actuel, pourrait n’avoir finalement aucune influence !

Tout cela - et les nombreuses blessures enregistrées sur les différents terrains ce double week-end, preuve s’il en est que les organismes sont mis à mal par le rythme démentiel de la compétition - démontre par l’absurde qu’il est urgent de réduire la DH à 10 équipes, comme nous le serinons inlassablement depuis des années. En coulisses, tout le monde nous explique que ce serait du bon sens, mais aucun club ne veut en prendre la responsabilité. Alors que, comble d’absurdie, les clubs actuellement sur le point de monter en D1 ne sont absolument pas demandeurs ! Alors, n’est-ce pas le moment rêvé pour faire preuve d’imagination ?